BIENVENUE SUR CRIMSON PEAK.

N'hésitez pas à aller voter sur les top-sites et à remonter la pub Bazzart.

La première intrigue est mise en place. Pour plus d'informations, rendez-vous dans ce sujet.

L'event est lancé ! Pour vous inscrire c'est par et pour mener l'enquête c'est par ici.

Partagez|

(eleazar) but they won’t fix me just yet.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Lun 14 Déc - 23:05



ELEAZAR NICHOLS
j’envie soudain ceux qui ont larme à l’œil qui pleurent l’océan à se noyer dedans

Nom
NICHOLS, comme cette première victime canonique de Jack l’Éventreur. Coïncidence ironique ou amer coup du sort, il ne saurait dire. Peut-être que sa destinée était de mourir des mains de ce bourreau qu’il a tant de fois observé, qu’il a servi pendant des années. Peut-être que c’était le chemin que l’on avait choisi pour lui : devenir la proie toute désignée, l’agneau sacrifié, la biche égarée.
Prénom
ELEAZAR, il sonne doux sur la langue et glisse entre les lèvres comme un soupir après l’amour. C’est comme une nouvelle mélodie au lever du soleil. Il a le scintillement, l’éclat de l’espoir dans des prunelles trop froides, glacées par la mort ; il a la chaleur d’un incendie qui ravage la peau, les corps. Un prénom aux sonorités angéliques cachant les travers d’un facétieux démon.
Âge
VINGT-SEPT ANS. Vingt-sept années qui n’ont été que souffrance et peines ; vingt-sept années de dur labeur. Vingt-sept années qui se sont aujourd’hui arrêtées, qui ont rendu un dernier souffle. Et le sang dans ses veines s’est figé pour toujours, ne laissant qu’une peau pâle et émaciée. Froide comme l’albâtre. La mort l’a enveloppé, a emprisonné le bout d’âme écharpée qu’il lui restait. Et son étau a fait de lui un être sans âge et sans repère.
Profession
SANS-EMPLOI, parce qu’il vient seulement de revenir à la vie, parce que ce monde qu’il connaissait si bien a de nouvelles teintes, de nouvelles couleurs plus sombres et grises. Il doit se faire à l’idée qu’il fait à nouveau partie de cet univers qui était le sien, il doit encore se faire à l’idée que tout recommence – recommence comme avant. Mais rien n’est plus difficile quand on a ce trou béant à l’intérieur de la poitrine, quand on sent sa chair comme en train de pourrir lentement.
Orientation sexuelle
PANSEXUEL, il est un amoureux des âmes et des cœurs. Il aime la beauté de l’intérieur autant que celle des corps. Les courbes caressent son regard avec la symphonie d’une berceuse ; les rêves emplissent sa poitrine avec la douceur de la passion. Il se donne avec fougue et sans compter. Il aime et déteste tout en entier. Il éprouve aussi cette folle obsession de retrouver son tortionnaire et de faire de sa vie un terrible Enfer. Comme celui auquel il a goûté quand l’Autre l’a lâchement condamné. Mais à trop s’épancher sur cette ombre délicieusement pernicieuse, il se sent tomber dans une spirale infernale qui lui écorche les ailes et abime ses convictions.
Situation maritale
LIBRE comme l’air et comme le vent, il est de ces âmes sans attache qui semble danser au travers des sentiments. Il n’est pas sûr de pouvoir même aimer, il n’est pas sûr de pouvoir ressentir quoi que ce soit à part ce grand vide qui lui ronge l’estomac. Est-ce qu’il y a une possibilité pour qu’il sente son cœur battre si fort contre ses côtes que c’en deviendrait douloureux ? Est-ce qu’il aura mal s’il découpe sa peau, est-ce qu’il pleurera devant la mort alors qu’il l’a lui-même vécue ? Il n’éprouve que son obsession malsaine pour son ancien maître, celui qui le regardait avec tant d’envie que c’était comme une vague de lave en fusion qui lui léchait la chair.
Situation financière
PAUVRE, il a toujours été pauvre. Il n’a toujours connu que la pauvreté, même enfant. Il l’a accepté, il s’en est accommodé. Il ne rêve pas de grandeur ni de faste – il vit très bien comme il est. Il ne veut pas de ces richesses qui tournent la tête et assombrissent les esprits. Ses parents l’ont élevé dans le respect de ce qu’il possède, dans la reconnaissance des bonheurs simples et dans le dur labeur qui paye. Il n’a rien connu d’autre que ça : travailler pour obtenir ce qu’il souhaiterait. Même si c’est un rien, même si c’est un pas grand-chose.
Race
répondre ici.
Groupe
THE NIGHTCOMERS, parce que la nuit est désormais son monde et son univers. Parce que le jour l’éblouit bien trop, parce que la clarté lui brûle la peau. Son âme a noirci en même temps que ses veines et ses yeux ont la putréfaction de la chair décharnée, délaissée à la terre.
Avatar
Niels Schneider.

Caractère
UN
bla.
DEUX
bla.
TROIS
bla.
QUATRE
bla.
CINQ
bla.
SIX
bla.
SEPT
bla.
HUIT
bla.
NEUF
bla.
DIX
bla.

Questionnaire
Quelle est votre opinion sur les créatures surnaturelles ? Mythes ou réalité ?
Cette question m’aurait été posée quelques mois auparavant, j’aurais répondu que tout ça n’était que foutaise. Des histoires que l’on raconte aux enfants pour qu’ils restent sages, pour qu’ils aient assez peur pour ne jamais s’écarter du droit chemin. Mais maintenant que je viens de goûter au surnaturel, maintenant que je suis moi-même une de ces créatures étranges que l’on ne voit que dans les livres, je suppose que je dois croire à tous ces contes, à tous ces mythes qui sont aujourd’hui devenus ma réalité. J’ai encore beaucoup de mal à me faire à cette étrange existence. Est-ce que j’existe encore vraiment ? Est-ce que j’ai encore mon âme ? Je ne sais pas. Je ne sais plus.

Êtes-vous croyant ? Superstitieux ? Croyez-vous à une vie après la mort ?
Superstitieux, sans aucun doute. Croyant ? Je ne sais pas. Un peu, je suppose. Et j’ai vu la vie après la mort, j’ai vu le noir, les ténèbres. Pas de lumière éblouissante, pas de mélodie. Juste un grand trou, un grand trou noir. Et on tombe, on tombe. On tombe encore et on ne sait pas quand viendra la fin. Il reste encore quelques images de ce monde que j’ai tutoyé l’espace d’un instant. Mais les souvenirs s’effacent lentement, un à un. Comme si je n’étais pas autorisé à garder ce moment de ma vie – de ma non-vie – maintenant que je suis de retour sur terre. Est-ce que j’ai rencontré Dieu ? Est-ce que j’ai été envoyé aux Enfers pour avoir attiré les convoitises de mon maîtres, pour avoir répondu avec tant de passion à ses baisers volés ?

Quelle est votre opinion sur la société actuelle ? Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez voir changer ?
Je ne reconnais plus vraiment ce monde qui a été autrefois le mien. Il est semblable et pourtant différent. Comme si je voyais le vrai visage des gens derrière le masque, comme si la vérité m’éclatait en pleine figure. Ou peut-être que la mort a terni mes yeux d’un sombre voile opaque qui a changé ce monde en quelque chose de plus noir et de plus pernicieux. C’est étrange d’être parmi les vivants quand on a connu la mort. C’est étrange d’être parmi tous ces gens qui ne doivent pas se douter de ce que c’est de mourir, d’avoir mal. D’avoir froid. De goûter au néant et ensuite de devoir retrouver la lumière du monde. Parfois, j’aimerais qu’ils meurent tous. Juste pour qu’ils sachent ce que ça fait. Juste pour qu’ils soient comme moi. Parfois, j’envie leur innocence et leur inconscience. J’envie leurs idées folles de bonheur et de vie. Parce que même si mon corps est revenu parmi eux, je crois que je suis resté mort là-bas.

Pseudonyme
.uninvited.
Prénom
Jess’.
Âge
Vingt-six ans, et toutes mes dents – mais pas de ride en vue, non monsieur.
Présence
Aussi souvent que possible, c’est-à-dire 24/7 parce que je suis une geek professionnelle et que si j’étais payée à rester devant mon ordi pour RP, je serais déjà millionnaire à l’heure qu’il est.
Découverte du forum
Une sale bête m’a ramenée ici de force, me tirant par ma belle chevelure dorée – je te rouleau de printemps Lydie de mes deux ovaires.
Avis sur le forum
C’est tout ce que j’aime – du noir, du glauque, du mystique et du sang.
Crédits
kid on holiday @tumblr & extasy. @bazzart (avatars).
Mot de la fin
Well, j’vous fais des bébés ? Ah non merde, je peux pas – j’suis un cadavre ambulant. Oops.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Lun 14 Déc - 23:05



LANDSLIDE
‘cause i’ve built my life around you

Mon histoire
Le sang est encore chaud, le cœur palpitant. C’est comme un tambour qui résonne durement à ses oreilles, assourdissant les sifflements aigus qu’exhale sa bouche trop sèche. Il ne sent plus rien, plus de douleur, plus la chaleur du liquide carmin, plus le froid de la lame. Il ne sent plus rien. On dit que quand vient la mort, on voit sa vie qui défile comme un vieux film muet en noir et blanc. Des images qui s’entrechoquent, des souvenirs qui font du bien et d’autres qui font mal. Eleazar, lui, n’a rien vu de tout ça. Il n’a pas revu le sourire de sa mère – un sourire si beau qu’il ensoleillait le reste du monde ; il n’a pas revu le visage fatigué de son père, malade, qui lui faisait promettre de veiller sur lui et sur son frère. Il n’a rien revu de sa vie. Il a simplement vu des taches noires qui éclataient sur sa pupille, il a simplement vu les formes autour de lui qui devenaient floues. Et ses yeux. Ses yeux à lui. Il a vu la folie et la démence, il a vu les flammes de l’Enfer. Il a vu la perdition. Il a vu la jouissance, cette jouissance malsaine et dégueulasse qu’il avait déjà aperçue tant de fois auparavant. Et puis, plus rien. Un dernier souffle et c’était la fin. Comme ça, sans douleur, sans mot d’adieu. Sans rien. Juste la brûlure de ce regard sur sa peau gelée qui allait le poursuivre pour l’éternité.

Eleazar est né dans une famille pauvre. Il ne manquait de rien, il mangeait à sa faim mais il n’était pas comme tous ces autres enfants qui pouvaient porter des habits chics avec de beaux boutons cousus mains sur leurs petites vestes bleues. Il n’était pas comme tous ces enfants qui pouvaient se permettre de salir ses chaussures dans la boue quand il pleuvait – parce qu’il n’en avait qu’une paire, parce qu’il devait faire attention à tout ce qu’il possédait. Mais Eleazar était heureux dans cette simplicité.
Eleazar est né pour servir, même s’il ne le savait pas encore. Son père, déjà, servait une autre famille et il était destiné à prendre sa suite un jour, quand son père serait trop vieux pour ça. Ce n’était pas une vie de tout repos, ce n’était pas la vie rêvée. Mais son père avait l’air heureux. Son père disait toujours que sans la famille March, ils ne seraient probablement pas là. Ensemble, avec un toit sur la tête et de la nourriture sur la table. Alors Eleazar a grandi avec le sentiment qu’il était lui aussi reconnaissant aux March, qu’il leur devait beaucoup de son bonheur.
Eleazar est né pour survivre dans un monde hostile et froid. Dans un monde violent. C’était comme si le soleil ne réchauffait pas assez les gens autour de lui, comme si la lumière disparaissait peu à peu. Eleazar a grandi et appris que la vie pouvait parfois être difficile. Injuste. A-t-il déjà pensé qu’il ne méritait pas un malheur qui lui arrivait ? Il mentirait en disant que non. Mais jamais Eleazar ne s’est plaint. Jamais Eleazar n’a reculé. Parce qu’Eleazar avait été éduqué dans le respect de ses aînés, de sa famille et des traditions. Dans le respect de chaque bonne chose qui lui était apportée. Alors quand son père est gravement tombé malade, Eleazar s’est autorisé un temps pour pleurer. Pour hurler en silence sa colère et sa rancœur. Puis Eleazar a relevé ses manches et a fait ce qu’il devait faire : aider les siens, soutenir son père. Eleazar est devenu un homme par la force du Destin.

Eleazar n’a jamais vraiment désiré entrer au service de la famille March comme son père avant lui – et son père avant lui. Il aurait voulu pouvoir vivre de ses écrits, de toutes ces histoires qu’il imaginait en cachette le soir, dans son lit. Il aurait voulu pouvoir vivre de toutes ces pages noircies d’encre, de tous ces feuillets sur lesquels il s’était abimé les doigts tant de fois. Mais ce n’était pas censé se passer comme ça, ce n’était pas censé être sa vie. Alors Eleazar l’a accepté, comme beaucoup d’autres choses. Il a accepté cette existence de servitude parce que c’était sûrement ce qui était écrit, quelque part, là-haut. Ce n’était pas si terrible, au fond. Son père avait toujours aimé son travail auprès de la famille March ; son père avait toujours été considéré comme un membre à part entière de cette famille même s’il n’était qu’un majordome. Et il n’a jamais eu honte de ce qu’il était, de ce qu’il faisait. Et Eleazar a pensé que c’était le chemin à suivre, que c’était sa voie. Il allait suivre les traces de son père et il le rendrait fier. Fier de lui.
Il n’avait pas imaginé que ce serait ainsi. Il n’avait pas imaginé les regards brûlants, insistants. Il n’avait pas imaginé les mains qui, parfois, s’égarent sur la peau. Ce n’était pas bien, ce n’était pas normal. Pas vrai ? Et pourtant, il y avait ce feu dans ses veines, dans ses reins. Il y avait ce frisson le long de son échine à chaque fois. Il a essayé de résister, de le repousser. Peut-être qu’il finirait par se lasser, par l’oublier. Mais il revenait. Il revenait le hanter comme un fantôme, comme un désir malsain ancré dans sa chair. Et il cédait. Encore. Encore et encore. Jusqu’à se perdre dans toutes ces sensations nouvelles qu’il n’avait jamais ressenties auparavant. Il essayait cependant de dire non, de ne pas se laisser emporter par le flot des émotions mais il craquait toujours. Toujours. D’abord parce qu’au fond de lui, il y avait cette envie mal venue puis aussi parce qu’il devait protéger son travail. Sa famille.

Et maintenant, il était là.
On dit qu’aux portes de la mort, il y a cette grande lumière blanche qui aveugle. On dit que l’on voit toute notre vie devant nos yeux. Mais il n’a rien vu de tout ça. Pas même le regard plein d’amour de sa mère, pas même la chaleur de la main de son père autour de la sienne. Rien que ses yeux à lui. Ses yeux qui lui brûlaient la chair comme une marque au fer rouge. Ses yeux qui l’ont hanté jusqu’après son dernier souffle. Jusque dans son existence après ça. Ses yeux qui le hantent encore maintenant qu’il est de retour dans ce monde. Et un prénom qui lui écorchait les lèvres. « Absalom. »

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Lun 14 Déc - 23:07

t'es beau, même un peu moins vivant
ta plume est toujours aussi belle mon dieu  
et je ne suis pas sale non mais, je me lave tous les jours, tu devrais venir avec  
bon, n'oublie pas que tu raterais beaucoup sans moi    
surtout que je t'ai offert une belle mort au moins, avec une belle vue comme celle là
PETITE MORT:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Lun 14 Déc - 23:10

Bienvenue sur le forum Jolie plume et début de fiche, ca donne envie d'en lire plus Bonne chance pour le reste
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Abraham Van Helsing
HUMAIN
MESSAGES : 199
DATE D'ARRIVÉE : 13/12/2015
PSEUDO : Dandan
AVATAR : Josh Hartnett
CRÉDITS : shiya

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Lun 14 Déc - 23:28

Bienvenue à toi. Ce personnage envoie tellement de pâté ou de tourte victorienne, les nightcomers ont souvent tendance à me laisser pantoise. Bon courage pour la fin de ta belle fiche et à bientôt parmi nous.



far and beyond
You'll understand I find it difficult to accept, I'm the object of an eternal satanic quest that so far's only demonstrated in something that's half poetry half gibberish. I'm sorry, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Mar 15 Déc - 1:17

genre toi j'te fais des bébés direct *________________________* bienvenue le bellâtre.
Revenir en haut Aller en bas

The Road
ADMINISTRATRICE
MESSAGES : 296
DATE D'ARRIVÉE : 07/11/2015
PSEUDO : the road.
CRÉDITS : betsy. (bazzart)

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Mar 15 Déc - 12:47

Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche. J'aime tellement ce début de fiche, j'ai hâte de voir la suite. Si tu as des questions, n'hésite pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dorian Gray
PERSONNAGE FICTIF
MESSAGES : 204
DATE D'ARRIVÉE : 13/12/2015
PSEUDO : Eden Memories
AVATAR : Alain Delon
CRÉDITS : Eden Memories - Tumblr

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Mar 15 Déc - 13:41

Han, ce choix de trombine est juste bandant
Bienvenue parmi nous petit mort vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Evangeline Tilney
HUMAIN
MESSAGES : 171
DATE D'ARRIVÉE : 13/12/2015
PSEUDO : BereniceWCL
AVATAR : Rachel Hurd Wood
CRÉDITS : Eden Memories (Avatar) - BereniceWCL (gifs) - Acidbrain (code signature)

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Ven 18 Déc - 23:00

Il est mignon pour un macchabée

Bienvenue chez les fous Bon courage pour la suite de ta fiche


Monsters are real

'Cause my feet are on the ground, and the inner voice I found tells the truth, "There's no use, if your head's in the clouds".

ACIDBRAIN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Dim 20 Déc - 21:52

Ton délai se termine demain, est-ce que tu as besoin de plus de temps?
Si dans quatre jours tu ne donne pas signe de vie, ton compte sera supprimé
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Lun 21 Déc - 17:41


VOUS ÊTES TOUS TROP BEAUX, TROP SESSOUELS.

(ABSALOM) Toi t'es toujours aussi beau, même un peu plus fou. Roh ma plume est belle parce que tu m'inspires voyons.
Je viens avec toi à ta prochaine douche, promis. Et je sais que je raterais pleins de choses sans toi, enfin. JE NE SUIS PAS UNE INGRATE MOI. niark
(PS : ce GIF m'a tuée, adieu. )

(VLADISLAS) Onh, merciii. T'es carrément canon, toi.

(ABRAHAM) Quels compliments, je te remercie beaucoup. J'espère ne pas te décevoir dans le RP.

(SWEENEY) Quand tu veux les bébés.
IS THAT YOUUU ? J'ai peur de me tromper de personne derrière ce pseudo que JE CONNAIS.

(MIRA) Merciii, ô belle dame. niark Je rêverai de toi.

(DORIAN) Et toi, t'as vu ta gueule d'ange ?

(ÉVANGELINE) Eh ouais, je suis plutôt frais pour un cadavre. ange
Merciii.

(VLADISLAS) J'aimerais beaucoup un petit délai oui pretty please. Pardon, je suis une limace pour les présa.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Lun 21 Déc - 17:43

c'est fait pour le délai, mon amour
Revenir en haut Aller en bas

The Road
ADMINISTRATRICE
MESSAGES : 296
DATE D'ARRIVÉE : 07/11/2015
PSEUDO : the road.
CRÉDITS : betsy. (bazzart)

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Lun 28 Déc - 10:04

Bonjour. Ton délai se termine demain. Sans nouvelles de toi dans trois jours, ton compte sera supprimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Mar 29 Déc - 10:12


Je suis désoléééééée. Mais avec les fêtes, j'ai pas trop eu le temps de la continuer cette fichette mais je la termine today si tout va bien.
En core pardon, je suis une grosse limace super lente.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet. Sam 2 Jan - 9:53

Bonjour. Ton délai est dépassé. Sans nouvelles de toi d'ici deux jours, ton compte sera supprimé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (eleazar) but they won’t fix me just yet.

Revenir en haut Aller en bas

(eleazar) but they won’t fix me just yet.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Sortie Album ELEAZAR !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRIMSON PEAK :: INTO THE RING :: UN MONDE INDÉCENT :: LES ÂMES ENFUIES-