BIENVENUE SUR CRIMSON PEAK.

N'hésitez pas à aller voter sur les top-sites et à remonter la pub Bazzart.

La première intrigue est mise en place. Pour plus d'informations, rendez-vous dans ce sujet.

L'event est lancé ! Pour vous inscrire c'est par et pour mener l'enquête c'est par ici.

Partagez|

Tout vient à point à qui sait attendre. || Sophia Liddell.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Sherlock Holmes
PERSONNAGE FICTIF
MESSAGES : 63
DATE D'ARRIVÉE : 21/12/2015
PSEUDO : .Sly King
AVATAR : Jeremy Brett
CRÉDITS : Myself.

MessageSujet: Tout vient à point à qui sait attendre. || Sophia Liddell. Jeu 31 Déc - 15:41



Sophia Liddell & Sherlock Holmes



L'air frais s'engouffrait dans la veste fermée de Sherlock Holmes qui, d'un pas rapide, canne en main, avançait dans la rue pavée d'une place où un marché battait son plein. L'heure matinale ne permettait pas à la foule de s'y être amassée, mais beaucoup de commerçants déballaient leurs marchandises, et quelques habitants matinaux venaient déjà faire leurs courses avec empressement. Le détective s'arrêta un instant près d'un muret, ses yeux gris et perçants s'arrêtant sur chaque personne défilant dans l'allée. Il avait laissé son compagnon de voyage, John Watson, au petit hôtel – ou à l'auberge, comment déterminer le nom de cette bâtisse ? –, où ils s'étaient installés. Pour cette partie de l'enquête, Holmes n'avait pas besoin du docteur qui dormait encore et commanderait son petit déjeuner en se réveillant. Le détective ne lui jetait pas la pierre.

Sherlock Holmes s'adossa au petit muret en resserrant le col de son manteau autour de son cou. Les nuages ne laissaient guère présager une belle journée en perspective, et l'air ne se réchaufferait pas, de toute évidence. Crimson Peak était loin d'être le village le plus accueillant de l'Angleterre. Cependant, ce n'était pas le confort que Holmes cherchait en ces lieux. Il avait prévu de rendre visite à Madame Drew au cours de la journée, dans l'après-midi, plus exactement. Cela faisait trois jours qu'ils étaient arrivés, et Holmes n'avait pas avancé d'un pas. Tout au plus avait-il pataugé dans la boue et cela l'irritait.
Pour l'heure, il cherchait à déterminer dans quel milieu il se trouvait, cela était préférable. Les villages avaient souvent leurs propres habitudes, leurs manies, une mentalité propre, un fonctionnement particulier. Il fallait se fonder dans la masse et, pour ce faire, adopter leur mode de vie. Du moins, en partie.

Au bout de quelques minutes, Holmes se détacha du mur et remonta l'allée, d'un pas toujours aussi vif, tant pour se réchauffer que guider par son exaltation habituelle au devant d'une enquête nouvelle. Il avait un pressentiment. Le pressentiment que le fin fond de cette histoire était bien plus complexe qu'elle ne le laissait paraître au premier coup d’œil. On ne lui avait tout d'abord pas permis de voir le corps, hier, et le détective n'avait pas cherché à faire d'histoires pour le moment. Il n'était pas là pour collaborer avec la police locale, mais pour aider Madame Drew, il était donc normal qu'il ne soit pas reçu avec une grande amabilité. C'était ce qui faisait, en grande partie, patiner l'enquête à peine débutée.
Dès leur arrivée en ville, Holmes avait senti qu'on les jugeait, lui et Watson, de certains regards méprisants. Des gens venus de Londres ne devaient pas venir en touriste très souvent dans leur propre citée. Le détective avait compris que cette tension pesait sur les épaules de son camarade, et lui avait donc donné pour instructions de rester dans leur hôtel – ou leur auberge –, jusqu'à ce qu'il ait besoin de lui de manière plus explicite. Cela n'avait pas semblé déranger le docteur, bien au contraire.

A présent, Sherlock Holmes se trouvait dans le froid matinal de Crimson Peak, les doigts engourdis, le regard alerte. De nouveau, il s'arrêta, surplombant légèrement le marché. La vue n'était pas imprenable, mais cela suffisait à observer l'agitation qui commençait déjà à prendre vie au sein des entrailles de la ville. Il allait sans dire qu'elle regorgeait de mystères, le meurtre d'Isaac Drew mis à part. Des mystères bien plus vertigineux. Pensif, Holmes tourna légèrement les yeux en direction du coin de la rue et, du bout des lèvres, déclara :

« Vous désirez peut-être quelque chose, mademoiselle ? »

L'homme se retourna vers la silhouette qui, depuis quelques temps, le suivait. Élancée, distinguée, Holmes voyait en elle une jeune femme curieuse, et déterminée. Il la détailla d'un bref coup d’œil.  

« Mademoiselle Liddell, c'est bien cela ? » le détective s'avança de quelques pas, afin d'être à sa hauteur. « Sherlock Holmes, détective privé. J'aurais quelques questions à vous poser, si vous n'y voyez pas d'inconvénients. »

Le détective lui lança un regard indéchiffrable, empreint, cependant, d'un certaine amusement qui se faisait rare chez lui. Il ne la considérait pas comme suspecte, mais surtout comme témoin potentiel, ou, en tout cas, comme une femme s'y connaissant assez sur la région pour le renseigner d'une quelconque façon, il n'en doutait absolument pas. Pour couper court à toute question potentielle, il ajouta :

« On m'a très brièvement parlé de vous, votre témoignage serait peut-être utile. »
© Starseed



elementary my dear watson
The world is full of obvious things which nobody by any chance ever observes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre. || Sophia Liddell. Ven 1 Jan - 17:35

Sherlock Holmes, Sophia Liddel
The truth is out there



Soutenir son regard n'avait rien de difficile, même à une heure aussi avancée de la matinée. Chez elle et pourtant dans un territoire brumeux et inconnu, elle qui n'appartenait à personne, il y avait un peu de reine dans ses yeux, dans son port de tête. Un peu de rien aussi, mélange obscur, femme-enfant et sphinx sans secret.
Elle n'avait pas dormir de la nuit, compilant le plus d'informations possibles sur le terrain d'une nouvelle chasse. Informations que la jeune femme revendrait certainement à Van Helsing, respectant ses méthodes et son code d'honneur.
Elle regrettait bien sûr, de ne pas être un homme, de n'avoir assez de forces pour tuer elle-même. De n'avoir été élevée en ce sens, car on la condamnait femme depuis trop d'années pour véritablement changer.
Sophia pouvait s'habiller en homme bien sûr, jouer la comédie, mais jamais elle ne se mouverait comme tel.
Il fallait se faire une raison : la jeune femme resterait foncièrement dépendante du sexe fort malgré ses rêves et ses désirs.
Parce qu'il ne suffisait pas d'imaginer pour changer, que les miracles prenaient des années pour exister.
Elle se battait à sa manière, dans des combats minuscules, et parfois cela passait par le regard, les cris ou le silence.
Parfois il y avait des gens qui comprenaient un peu, qui comprenaient beaucoup mais le monde ne changeait pas vraiment.

Sherlock Holmes, une réputation qui dépassait les frontières de la capitale. Elle ne parla pas de cela évidemment, n'étant pas là pour des compliments. L'homme lui même allait droit au but sans que Sophia ne sache s'il était brusque ou pas. Elle se contenta d'hausser un sourcil, devinant tout le mal qu'on avait pu dire d'elle. Comme d'habitude, mais qu'importe. Sophia hocha la tête, droite dans sa tenue de la veille, robe sans couleur un peu froissée de n'avoir été enlevée. Il y avait des cernes sous ses yeux bien sûr, preuve de ses pérégrinations nocturnes, et puis une certaine fièvre aussi. Elle n'en cachait rien, comme un bouclier, comme une insolence.

[color=olive) « Monsieur Holmes...  Posez donc vos questions, inutile de vous faire perdre du temps »[/color]

Elle-même détestait lorsque dans ses enquêtes surnaturelles, on préfère les sarcasmes aux informations. Et Sophia n'avait aucun intérêt à infliger cette peine à d'autre. Elle pouvait être méchante, elle pouvait être cruelle mais jamais si cela attaquait l'intelligence.

 «Nous pouvons parler ici, ou bien dans un pub quelconque je vous laisse choisir. Vous devez déjà savoir que ma réputation se porte au plus mal, le regard des autres m'importe donc peu »

Ainsi, même les politesses étaient expédiées. Un groupe de commères se faisait entendre pas des chuchotis un peu trop forts, un peu trop appuyés. Sophia ne cillait pas, habituée à ce petit manège.
Il y avait quelque chose de tragique dans une petite ville campagnarde. Quelque chose à propos de la vacuité de la vie, de l'absence d'avenir, d'espoir aussi...

 « Néanmoins, mes réponses vous plairont peu soyez-en assuré. Enfin cela n'est pas de mon ressort... Avez-vous pu voir le corps, à propos ? On a trop l'habitude de cacher des choses par ici...»


© code par Nostaw.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Sherlock Holmes
PERSONNAGE FICTIF
MESSAGES : 63
DATE D'ARRIVÉE : 21/12/2015
PSEUDO : .Sly King
AVATAR : Jeremy Brett
CRÉDITS : Myself.

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre. || Sophia Liddell. Sam 16 Jan - 17:27



Sophia Liddell & Sherlock Holmes


Aussi directe qu'honnête, la jeune femme lui répondit promptement. Sherlock Holmes apprécia aussitôt ce fait chez elle. Ses yeux brillants se perdirent un instant sur son aspect vestimentaire, ses mains et ses cheveux avant de ne reporter entièrement son attention sur elle, et ses paroles. On ne lui avait en effet pas dépeint les aspects les plus glorieux de cette femme, mais le détective préférait toujours se forger sa propre opinion plutôt que de pencher pour celle des autres. Il les savait souvent faussées par les émotions humaines, beaucoup trop superficielles, enrayant les mécanismes délicats de la pensée. Aussi, Holmes ne s'abaissa – et n'abaissa pas son interlocutrice – à se remémorer les paroles exactes qu'on avait pu lui dire à son sujet. Il avait seulement la ferme impression qu'elle serait aussi franche qu'il lui serait possible de l'être, sans détours, et c'était ce qu'il souhaitait. De l'efficacité.
Au vu des quelques femmes s'étant regroupées, leur lançant des œillades discrètes, Holmes esquissa un geste en direction du dos de la demoiselle sans pour autant toucher ne serait-ce qu'un carré de tissu de ses vêtements. Il tendit vaguement le bras devant lui pour lui indiquer qu'ils pouvaient avancer plus loin, et s'installer au chaud dans un pub. Le détective se souvenait d'en avoir aperçu un dans cette direction ; s'il n'était pas en ville depuis très longtemps, il lui semblait toutefois primordiale de connaître le terrain de ses enquêtes, encore plus lorsqu'il s'agissait d'un endroit comme celui-ci où un nombre incalculable de mystères semblaient chuchoter à chaque coin de rue.

Ils entrèrent rapidement dans l'établissement, et Holmes eut l'amabilité de tirer la chaise de miss. Liddell avant qu'elle ne s'assoit. Les normes sociales ne lui échappaient pas encore tout à fait, pas en entretiens en tout cas. Il ne connaissait guère les normes de ce village, mais, semblable à toutes autres villes éloignées des grands faubourgs, les mentalités pouvaient demeurer plus fermées à l'inconnu et au bouleversement du quotidien.

« Je vous remercie de votre temps, mademoiselle Liddell. Quant à la qualité de vos réponses, laissez-moi en juger, les informations les plus précieuses ne semblent souvent pas importantes aux yeux du publique. Pour répondre à votre question, tout d'abord, je n'ai pas pu voir le corps, il semblerait que les autorités locales soient des plus réticentes quant à partager quoique se soit avec un inconnu venant de Londres. » déclara Sherlock Holmes en s'installant lui-même à la table, en face de son interlocutrice. Sans détour, comme la conversation semblait prendre un tournant en ce sens, il enchaîna : « J'ai peur de me frotter inlassablement à des épines, aussi irais-je droit au but : j'apprécierai avoir en ma possession toutes informations susceptibles de me faire avancer d'une manière ou d'une autre. Connaissiez-vous de près ou de loin la femme d'Isaac Drew, ou Isaac Drew lui-même ? »

Sherlock Holmes avait bien sûr déjà questionné madame Drew, quant à d'éventuels ennemis de sa famille, ou de son mari. Elle n'avait malheureusement pas l'objectivité d'une personne extérieure à cette affaire. Elle avait cité quelques noms, bien entendu, des personnes qui auraient pu attenter à la vie de son mari pour dettes impayées, par exemple, mais alors dans ce cas, que faire du corps de cette jeune femme, retrouvée morte elle aussi, de manière sanglante, abrupte, presque bestiale ?  Ça ne collait pas du tout.

« Et cette jeune femme, miss Elbrocke, aurait-elle pu être l'amante de Mr. Drew comment le sous-entendent si bien les autorités de Crimson Peak ? »

Le ton de Holmes était sec, irrité par tant de précipitation pour clore une affaire. Il avait également entendu de vagues rumeurs sur des créatures rôdant dans les environs : rien d'étonnant dans une ville campagnarde aux nombreuses superstitions. Le détective s'était attendu à se heurter à ce mur-ci, bien que cela l'exaspéra. Bien entendu, il ne croyait pas lui-même en ces sornettes, pas plus qu'il ne croyait miss Elbrocke amante d'Isaac Drew. Il souhaitait cependant avoir l'opinion de cette jeune femme. D'un vague geste de la main, il fit finalement signe à Sophia de parler comme elle l'entendait, de lui raconter ce qu'elle pourrait savoir sur Mr. Drew, sa femme, et cette femme laissée en un état déplorable. Holmes la pensait assez directe pour ne pas faire de rondes jambes quant à des informations qu'elle pourrait potentiellement avoir en sa possession. Et si Holmes ne se trompait pas, elle en possédait forcément. La ville n'était pas grande, la plupart des gens se connaissaient bien. Sans compter que les bois ne devaient pas lui être étrangers, n'est-ce pas ?
© Starseed



elementary my dear watson
The world is full of obvious things which nobody by any chance ever observes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tout vient à point à qui sait attendre. || Sophia Liddell.

Revenir en haut Aller en bas

Tout vient à point à qui sait attendre. || Sophia Liddell.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Traduction d'expression
» Ma mère m'a toujours dit " Un garçon qui sait attendre, c'est un garçon qui en vaut la peine "
» Vouloir à tout prix un garçon...
» Les bisounours au point de croix
» Fleurs,....fruit,.....tout ce qui se mange,...se boit....ou qui vient de la nature..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRIMSON PEAK :: CRIMSON PEAK :: L'HOMME ET LA MER :: MARCHÉ-