BIENVENUE SUR CRIMSON PEAK.

N'hésitez pas à aller voter sur les top-sites et à remonter la pub Bazzart.

La première intrigue est mise en place. Pour plus d'informations, rendez-vous dans ce sujet.

L'event est lancé ! Pour vous inscrire c'est par et pour mener l'enquête c'est par ici.

Partagez|

Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Lun 18 Jan - 17:19


Jacob Twain
When the wild Wind Blows

Nom
Twain
Prénom(s)
Jacob.
Âge
23 ans.
Profession
Fils de paysan, il a décidé de laisser la ferme familiale à son frère, il travail donc au port, sur un bateau de pêche.
Orientation sexuelle
Hétérosexuel, mais il n'a pas encore testé les hommes donc ne peut pas vraiment se prononcer sur son orientation sexuelle. (Donc il ne serait sans doute pas contre une relation homosexuelle) 
Situation maritale
Célibataire
Situation financière
Pauvre
Race
Humain/ Lycanthrope
Groupe
Créatures ( Glorious Horrors)
Avatar
Kit Harington.

Caractère

"Il vaut mieux courber l'échine plutôt que de chercher les ennuis"
Cette phrase, le père de Jacob en avait fait une règle de vie. Le jeune homme a souvent pu observer que la soumission de son paternel, si elle lui permettait d'éviter les ennuis, lui avait avant tout apporté beaucoup de malheurs. Et leur vie n'en avait pas été moins misérable. Jacob en a tiré une leçon et il a un jour décidé de ne pas être celui qu'on qualifierait de pleutre. Il n'est donc pas homme à se laisser faire sans être pour autant susceptible. Mais ce n'est pas une nature calme et il n'est pas difficile de le faire sortir de ses gonds.

Sous ses manteaux de réserve et de méfiance se cache un jeune homme plutôt serviable, gentil et sensible. Jacob n'est pas du genre loquace, et  ne parlera pas facilement de lui. Le garçon est lettré, mais ne se considère pas comme érudit, il n'en est d'ailleurs pas un, mais  se trouve être plutôt malin et assez dégourdi, il sait se servir de sa tête quand il le faut, sauf quand, bien sûr, la fureur prend le dessus sur l'esprit. Il n'aime pas les lâches et ne les comprend pas, mais leur montrera plus de la pitié que de la haine. Le jeune loup éprouve néanmoins du mépris pour les pédants, ceux qui s'estiment mieux qu'ils ne le sont et a horreur d'être rabaissé pourtant, vu sa condition cela lui arrive souvent. Le fait qu'il soit rancunier lui attire des ennuis, mais il n'a pas peur de recevoir des coups.

Même si Jacob semble être un gaillard plutôt hardi, il possède néanmoins des peurs, des frayeurs nocturnes, celles de perdre ceux auxquels il tient, de se retrouver enchaîné ou encore être humilié.  

Questionnaire
Quelle est votre opinion sur les créatures surnaturelles ? Mythes ou réalité ?
Lorsqu'il était enfant, Jacob aimait les histoires effrayantes que pouvait lui raconter son frère aîné ou son père. Mais en grandissant, il sut que tout ceci n'était que mythe et légendes. Comme la plupart des hommes sceptiques, il ne croyait pas au surnaturel, jusqu'au jour où son chemin eut un sentier commun avec une créature de la nuit, aux crocs acérés, sentant le sang et la bête. Il sait depuis... que tout ceci était une légende bien réelle.  

Êtes-vous croyant ? Superstitieux ? Croyez-vous à une vie après la mort ?
Jacob, part ses parents, se trouve être protestant, mais il ne pratique pas réellement. Il a été croyant jusqu'à l'attaque qu'il a subie. Depuis il ne comprends pas pourquoi ce Dieu que ses parents ont vénéré a été aussi cruel. Et il commence à croire de moins en moins en lui, il croit aux démons, au choses maléfiques qui parcours ce monde. Jacob n'est pas vraiment superstitieux. Quant à une vie après la mort, il n'en sait rien, il voudrait le croire, mais commence à avoir des doutes.

Quelle est votre opinion sur la société actuelle ? Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez voir changer ?
répondre ici en un minimum de cinq lignes. La société est injuste, mais il faut s'y faire c'est comme ça. Jacob a appris à ne pas se plaindre, cela ne sert à rien. Bien entendu il fait tout pour pouvoir améliorer sa situation et il n'aime pas la suffisance de ceux qui ont les moyens et affichent leurs richesses. Il aimerait beaucoup être comme eux, au dessus des soucis d'argent. S'il pouvait changer quelque chose ce serait ça, les inégalités trop importantes entre les plus riches et les plus pauvres.  

Pseudonyme
Loveth4
Prénom
Camille.
Age
21 ans et toutes mes dents
Présence
On va dire 2 jours sur 7, j'ai des semaines assez chargées mais mes week ends sont libres
Découverte du forum
Sur google simplement en faisant une recherche
Avis sur le forum
Cela faisait un petit moment que je le zieutais un peu, j'hésitais à m'inscrire et puis j'ai craquée ^^. Etant une fan de ce genre d'univers et également de la série Penny Dreadful, je me suis sentie attirée comme un amant par votre beau forum    
Crédits
loveth4.
Mot de la fin
Qui veut un Cookie  

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Lun 18 Jan - 17:19


Aussi noir qu'une nuit sans lune
"La vie est injuste"  

Mon histoire
Un cri de douleur déchira la nuit. Rompant le calme effrayant du crépuscule. Le vent se mit alors à souffler dans les arbres, une tempête se préparait. Pourtant un fiacre empruntait la route, malgré les recommandations des autorités, qui disaient de ne pas quitter la ville. Une ferme située non loin de Crimson Peak était encore éclairée par une lanterne et un énième hurlement de souffrance se fit entendre. Il provenait de l'intérieur. Le Docteur descendit de la voiture pour pénétrer dans la modeste bicoque où Ilia Twain, était en train de mettre au monde son deuxième enfant, dans l'unique chambre à coucher. Les draps étaient tâchés de sang et le visage de la mère couvert de sueurs, se tordait de douleur. L'accouchement s'annonçait difficile tant mieux le docteur ne rechignerait pas à dépasser ses honoraires, au contraire.

Le travail fut long, les cris de souffrance étaient presque couverts par le vent qui semblait gagner en force. Harry Twain s'inquiétait pour sa femme, pour son enfant à naître et pour sa ferme. Allait-elle résister aux bourrasques ? Il suait lui aussi, en caressant les cheveux de son fils aîné, alors âgé de quatre ans.
Et puis un deuxième cri vint s'ajouter au dernier râle d'Ilia. Les pleurs du bébé emplirent la pièce, raisonnant dans la nuit. C'était un petit garçon.

Il fut déposé dans les bras de son père qui regarda les yeux du petit être dont les pleurs n'avaient pas cessé. Il avait le regard de sa mère, mais le menton de son paternel. Le paysan sourit, ému. Un autre garçon ! Il ne pouvait pas être plus heureux !
Le médecin quitta la maison alors que les parents regardaient le nouveau né avec tendresse. Il s’appellerait Jacob.
Le Docteur haussa les épaules alors que le fermier lui annonçait le prénom de son fils. Il n'avait qu'une hâte, rentrer chez lui, siffler son bourbon. Avant de monter dans son fiacre il ne manqua pas d'annoncer ses honoraires à la petite famille. Il était serviable oui, mais il ne fallait pas pousser non plus.

"Bien Docteur, merci beaucoup !"

Harry Twain s'inclinait presque devant l'homme de science qu'il avait devant lui. Ne protestant même pas face à cette injustice pécuniaire. Une attitude que lui reprochera plus tard son fils Jacob.

...

Le bruit de la ville, n'impressionnait plus le garçon depuis longtemps. Il avait pris l'habitude. Tous les mois il venait ici avec son père et son frère, pour donner les récoltes, le lait. Bref pour faire des affaires. La paye était misérable et la vie dure, mais les Twain ne se plaignaient jamais. Ils mangeaient tout juste à leur faim, mais au moins ils avaient de la nourriture à table, et un toit où dormir.

Les marins déchargeaient les caisses des bateaux et Jacob les regardait toujours avec cette lueur de fascination dans les yeux. Ils avaient l'air d'avoir peur de rien. La mer, ne les effrayait en aucun cas et leurs rires gras le faisait sourire. Ils avaient l'air heureux, eux au moins.
Il était encore une fois en train de les fixer, cet air béat flottant sur son visage. Quand son frère aîné, Alec le prit par la manche.

"Ne reste pas là" Lui conseilla t-il "Tu vas nous perdre sinon. Et puis nous ne voulons pas te voir enlevé par ses hommes, pour nettoyer le pont sur un de ses navires."

Jacob grogna. Il aurait tout donné pour faire partie d'un équipage et nettoyer le pont d'un de ses grands vaisseaux des mers. Voyager. Voir le pays et pourquoi pas le Monde ! Crimson Peak était déjà grande et il se demandait bien à quoi pouvait ressembler les autres villes. A 12 ans, Jacob avait bien compris que son existence ne s'améliorerait jamais vraiment, à moins de quitter cet endroit pour commencer une nouvelle vie, ailleurs.

Il suivit néanmoins son frère. Ils rejoignirent Harry Twain qui marchandait avec un des acheteurs.

"Mais vous aviez déjà baissé les prix la dernière fois"
Disait-il d'un ton plaintif "J'ai besoin de cet argent pour nourrir ma famille et mes bêtes !"

L'acheteur lui lança un regard noir.

"Vous vous plaignez Twain ?"
son ton était menaçant. "Non parce que je peux aussi vous prendre ceci sans vous payer. Estimez-vous heureux que je vous en donne quelque chose. Vu la qualité."

Le fermier eut une expression effrayée. Il ne voulait pas qu'on le vole. Alors il s'empressa de s'excuser et accepta finalement les pièces qu'on lui jeta, sans en demander plus.
Jacob le regardait avec pitié, ramasser son argent qui était tombé au sol. Un pièce roulait encore, elle finit sa course aux pieds du jeune garçon. Il se pencha pour la prendre. Il sentit alors un choc violent aux côtes et une force le poussa. Le garçon heurta le pavé. Il tourna la tête pour voir l'un des sbires de l'acheteur récupérer la monnaie, un sourire goguenard sur le visage.

Jacob se releva, il avait beau avoir douze ans, il n'avait peur de rien. Mais c'était peut-être parce qu'il était encore dans cette période d'insouciance ou bien commençait-il à rentrer dans l'adolescence et c'était ce qui le poussait à faire preuve de tant de zèle. Mais son frère qui en avait presque quinze, n'avait jamais eu ce caractère quelque peu impulsif. C'est sans aucun doute pour cela que Jacob sentit son aîné le retenir par le bras avant qu'il ne puisse tenter quoi que ce soit.

Les fêlons se mirent à rire en regardant la petite famille s'éloigner. Ils se moquaient ouvertement du fermier et de ses garçons. Jacob était furieux il lança un regard plein de reproches à son frère.

"Pourquoi m'as-tu retenu ! C'était à nous, il n'avait pas à nous prendre cet argent ! C'était du vol !"


Alec lui répondit sur le même ton.

"Et tu aurais fait quoi ?! Tu lui aurais arraché des mains ? Il t'aurait écrabouillé comme un insecte. Nous ne valons rien , même pour eux. La vie est injuste, c'est comme ça."


Le cadet ne répondit rien. Il savait que son frère avait raison sur un point, il n'aurait eu aucune chance face au colosse qui l'avait bousculé. Mais ce qu'il ne supportait pas, c'était de voir son père et Alec, rester là, sans rien dire. Ils se laissaient marcher dessus, humilier ! Comment pouvaient-ils supporter cela ?!

Mais Jacob adorait son frère, il ne voulait pas se disputer avec lui. Ils connaissaient tout deux, le point de vu de l'autre. Ils étaient très différents et pourtant, malgré quelques disputes, s'entendaient plutôt bien.

...

La nuit était déjà bien avancée alors que Jacob et son frère sortaient de la taverne où ils avaient l'habitude d'aller se rassasier une fois par mois. Ils étaient, à présent, adultes et le travail était devenu de plus en plus difficile et lassant. Ils ne se refusaient donc pas une petite virée de temps en temps au pays de la bière et des jolies serveuses.

Âgés respectivement de vingt et un et vingt cinq ans, Jacob est Alec n'étaient plus novices de ces luxures là, depuis quelques temps déjà. Le plus vieux ayant eu une amourette avec l'une des filles du patron, son cadet ne cessait de la taquiner à ce propos.

"Alors la Marie te parle plus on dirait ?"
Dit-il en regardant son aîné avec un sourire taquin.

"Non, c'est juste pour me faire enrager. Pour se faire désirer. Tu sais comment sont les femmes ! A moins que tu ne sois toujours puceau petit frère ? "


Jacob lui donna un coup sur l'épaule, alors que son frère riait devant son air offusqué. Bien entendu, le jeune homme n'était plus vierge depuis quelques temps déjà. Mais il avait toujours été discret sur ses amours et d'ailleurs, la dernière fille qu'il avait osé aimer derrière une taverne, dans les ruelles sombres, était à présent mariée à un vieux bougre et devait sûrement être engrossée à l'heure qu'il était.

Ils parcoururent le chemin pour rentrer, dans la bonne humeur. Riant de leurs exploits de la soirée. Ils avaient joué une partie de cartes avec quelques ivrognes et avaient gagné plusieurs manches, bien entendu, tout ceci, sans parier d'argent, ils ne pouvaient se le permettre.

Leurs parents devaient déjà dormir à l'heure qu'il était. Aussi ils se stoppèrent, surpris, lorsque leurs regards se posèrent en même temps sur la porte grande ouverte de la ferme. Le silence était pesant, seuls les animaux semblaient agités et pour cause, une de leurs vaches était couchée sur le côté, la gorge déchiquetée !

Alec fut le premier à réagir, il se précipita à l'intérieur de la chaumière, en courant à perdre haleine. Jacob mit quelques secondes avant de se remettre du choc. Son regard, horrifié, posé sur l'animal, déjà froid. Le cris de son frère le réveilla néanmoins. Il entra à son tour chez lui pour découvrir une scène macabre.

Les meubles étaient renversés, il y avait du sang partout. Mais ce qui causa leur effroi, leur serra le cœur, amena les larmes aux bords de leurs yeux, ce fut les cadavres de leurs parents, étendus là, le regard exprimant la frayeur qu'ils avaient eu avant le trépas. Alec tomba à genoux devant Ilia, dont le bras avait été presque arraché, une pioche était posée à côté d'elle, la mère de famille avait sans doute essayé de se défendre. Harry avait les viscères hors de son corps et le visage recouvert de ce liquide rouge vermeille, qui paraissait presque noir, dans la nuit

Jacob ne pouvait pas y croire. Il voyait flou, son cœur s'accélérait, les larmes coulaient toutes seules sur ses joues. Qui ? Pourquoi ? Comment ? La rage le submergeait peu à peu. Il était encore dans l’embrasure de la porte et n'osait faire un pas de plus. Le chien, à sa droite, était mort lui aussi, des traces de morsures sur sa gorge indiquait que l'assaillant n'était pas un humain. L'odeur du sang emplissait les narines du jeune homme et il sut qu'il allait vomir.

Il sortit dehors pour rendre le contenu de son estomac sur l'herbe. Il n'avait même pas fini de dégobiller qu'une masse pleine de fourrure lui sauta dessus. Il tomba violemment au sol en poussant un cri de douleur alors que des crocs se plantaient dans son bras, qu'il avait mis devant son visage, dans une tentative vaine de se protéger.

Jacob avait beau se débattre, tenter de se dégager, le monstre, (car ce devait en être un), avait de la force dans la mâchoire.

C'est alors que quelque chose poussa la bête sur le côté, elle émit un couinement de douleur. Un pioche plantée dans les flans. Jacob releva la tête pour apercevoir le prédateur. C'était un loup... non plus que ça. Il était beaucoup plus gros, effrayant ! Ce qui était le plus terrifiant était son regard : c'était celui d'un homme. Un homme... un monstre. Et Puis la douleur vint d'un seul coup, comme pour lui rappeler qu'il était encore en vie, elle fut telle, que l'inconscience l'emporta en une fraction de seconde.

...

Deux semaines avaient passé, le médecin était venu voir la blessure qui se refermait plutôt vite, il était satisfait de cette cicatrisation mais avait, néanmoins, exprimé son inquiétude à propos de la forme de la morsure. Le docteur n'avait "jamais rien vu de tel" concernant les attaques de loups ou de chien. Les deux frères n'avaient pas mentionné la monstruosité de la bête qui les avait attaqués. Ils ne voulaient pas qu'on les traite de menteurs. La version officielle était : une meute de loup avait attaqué la ferme des Twain.

"Que va t-on faire ?"
Demanda Jacob, alors qu'ils regardaient les cercueils de leurs parents descendre dans la terre. Ils seraient là, enfouis à jamais, ensemble.

"On a pas le choix, il faut continuer à nous occuper de la ferme, il nous reste des bêtes et nous ne pouvons pas laisser nos récoltes pourrir"

Le plus jeune hocha la tête. Leurs parents morts, le travail ne s'arrêtait pas pour autant. La blessure de Jacob était déjà guérie, bien qu'il ne se souvenait pas avoir eu cette capacité de cicatrisation rapide.

...

La nuit était en train de tomber et Jacob rentrait de la ville. Il avait apporté les récoltes à Crimson Peak. La journée avait été longue et il arpentait la route avec la charrette tirée par le seul cheval de la ferme. Il n'avait pas gagné beaucoup, mais c'était assez pour vivre néanmoins.

Jacob avait d'ailleurs manqué de se battre avec un marin qui l'avait empêché de passer. Maintenant qu'il y pensait, peut-être avait-il un peu exagéré. Il ne comprenait pas pourquoi, mais depuis quelques jours il était à fleur de peau. Peut-être à cause de tout ce qui s'était passé.

Il avait été très dur pour eux de faire face au décès de leurs parents, surtout dans de telles circonstances. Ils n'avaient rien pu faire. Parfois, Jacob se disait que s'ils n'étaient pas allés au bar ce soir là, tout ceci ne serait peut-être jamais arrivé. Harry et Ilia Twain ne seraient peut-être pas morts. Ou bien se seraient-ils tous faits bouffer ?! Et son frère qui lui avait dit : "Allé on sort ce soir petit frère ! Cela nous fera du bien !" quel imbécile ! Si Alec n'avait pas suggéré l'idée...
Jacob sentait la haine et la fureur l'envahir.

Le cheval se cabra alors, faisant sursauter le jeune homme. L'animal hennissait, paniquait, tentant de s'éloigner et de se dégager du licol. Il tirait tel un forcené, comme s'il avait senti la colère de son maître.

"Mais calme toi !" S'écriait ce dernier

Dans les yeux noir de l'équidé, Jacob observa le reflet de la lune, qui se dégageait des nuages, elle était pleine.

Une douleur lancinante le traversa entièrement. Elle n'avait pas eu d’anacrouse, elle avait déjà atteint son point culminant. Jacob tomba à genoux lâchant la longe du cheval, qui, effrayé comme jamais, s'enfuit comme il put, toujours accroché à la charrette, il n'irait sûrement pas loin.

Le jeune homme ouvrit la bouche pour pousser un hurlement, il ne s'entendit même pas crier. Il devait être en train de mourir. Ou en tous les cas, il souhaitait être mort. C'était indescriptible. Il se releva, néanmoins, son instinct, le poussa à se précipiter dans les bois qui se trouvaient non loin. Il courut à en perdre haleine, au travers des arbres, la lune éclairait la forêt, il y voyait presque comme en plein jour.

Puis il y eu un nouveau pique de douleur; celui-ci le fit tomber au sol. Le jeune homme se tortillait dans la terre, au milieu des feuilles. C'était comme si son corps en voulait un nouveau, comme s'il était enfermé dans quelque chose de trop étroit, comme si, son esprit essayait de se détacher de lui même. Et puis... Et puis... le hurlement.

"Il court, il est libre. Il cherche, il a faim. Il aime chasser. Ses pattes foulent la terre, la truffe au vent, il sent... la proie est près, tout près. Elle est là, elle l'a senti, elle l'a vu. Il bondit. Ses crocs dans la chaire. Le sang le rend fou, la bête en lui a envie de plus. Ce sang là, n'est pas celui qu'il veut. Sa faim ne sera jamais rassasié ! La lune et l'obscurité sont ses alliés. Il aime cette sensation de puissance, il aime sentir la peur et la mort"

...

Jacob ouvrit les yeux, dans une sensation de vertige. Comme lorsqu'il buvait trop. Mais non là c'était différent. Il avait froid. Il voyait la cime des arbres, la pluie lui tombait sur le visage. Le jeune homme se releva, il était nu et il frissonnait. La terre était mouillée et elle collait à ses pieds. Il puait. Il puait le sang, il puait l'animal crevé. C'était atrôce. Il plissa le nez, dégoûté par cette odeur et son propre état de saleté.

Puis son regard se posa sur ce qui était allongé à ses côtés. Il poussa un hurlement horrifié. Le cheval était là. Les côtes exposées, la chaire ayant été arraché. Les corbeaux picoraient déjà les morceaux de viandes.

La charrette gisait non loin de là, brisée.

Mais que s'était-il passé ? Il était lui même recouvert de sang et de charogne. La panique le prenait. Celle qu'on avait, quand on se rendait compte qu'on devenait fou. Il ne se souvenait de rien. L'amnésie totale ! Et pourtant les indices laissés sur les lieux ne pouvaient signifier qu'une seule chose : il avait dévoré son propre canasson.

Mais non ! Impossible ! Il n'avait pas crevé de faim à ce point là ! Avait-il seulement bu ? Et puis même il n'avait rien pour tuer une telle bête ?! Pas d'arme rien du tout !
Et puis, sans vraiment de raison, une légende lui revint en tête :

Celle de l'homme-loup. Le Loup-Garou. Humain le jour, monstre les nuits de pleines lunes.

Jacob voulu chasser cette idée de son esprit. Mais elle revenait, sans cesse. Il mit sa tête dans ses mains.

Il ne comprenait plus.

...  

Jacob a fini par partir de la ferme. Quelques mois après cette première nuit. Il y'en a eu d'autres bien entendu. Il ne sait pas vraiment ce qu'il est devenu, bien qu'il s'en doute. Mais il ne veut pas se l'avouer. Son frère ne sait rien, si ce n'est que son cadet a changé. Qu'il se passe des choses. Alec n'a pas posé de question. Il respecte ce secret que le plus jeune semble cacher.

Crimson Peak l'a accueilli il y a quelques temps maintenant. Il a trouvé du travail au port. Il sait que la ville recèle de mystères et sans doute de réponses. Jacob espère trouver quelqu'un qui répondra à ses questions.

A mesure qu'il accepte son nouvel état, il comprend que ce qui a attaqué ses parents n'était pas un simple loup, mais cela il l'avait toujours su. Peut-être pourra t-il le retrouver un jour, et les venger.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Lun 18 Jan - 17:35

JOHN SNOW.
bienvenue ici
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Abraham Van Helsing
HUMAIN
MESSAGES : 199
DATE D'ARRIVÉE : 13/12/2015
PSEUDO : Dandan
AVATAR : Josh Hartnett
CRÉDITS : shiya

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Lun 18 Jan - 17:35

Oh ça promet un personnage sympathique ça. Bienvenue à toi parmi nous et je suis contente que tu aies craqué. Bon courage pour ta fichette.



far and beyond
You'll understand I find it difficult to accept, I'm the object of an eternal satanic quest that so far's only demonstrated in something that's half poetry half gibberish. I'm sorry, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Lun 18 Jan - 17:36

bienvenue =)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Lun 18 Jan - 17:36

KIT bienvenue par ici beau loup
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Lun 18 Jan - 17:40

Bienvenue sur le forum !
Soyons poto de cheveux curly et soyeux. Et de pauvreté
Bon courage pour ta fiche, je suis impatient de lire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Lun 18 Jan - 18:34

Ouuh déjà tant de messages de bienvenue je me sens aimée

Vladislav : Luke Evans !! Merci beaucoup

Van Helsing : Je suis contente d'avoir craqué aussi ;). Merci oui ce sera un personnage... sympathique.

Lawrence Wexcombe : Merci bien

Ophelia : Oui je me devais de faire un personnage avec Kit Harington ;). Je pourrais au moins baver sur le vava de mon perso haha ;). (C'est malsain tout de même)

Elijah : Owiii soyons potos !!   ! Merci beaucoup pour l'acceuil :)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Mar 19 Jan - 11:42

Oh, ce choix d'avatar. Je l'aime tellement, j'ai hâte de voir ce que tu vas en faire. Les lycanthropes sont les plus beaux, il n'y a pas à dire. Bienvenue sur le forum et bon courage pour la suite de ta fiche. Si tu as des questions, n'hésites pas. Et c'est bien d'avoir cédé à la tentation.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Mar 19 Jan - 21:56

Ouais les lycanthropes sont seksis miguel ! Merci beaucoup Je n'hésiterais pas si j'ai des questions ;).
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Mer 20 Jan - 16:07

Un Stark pour jouer un loup garou. Bien vu.
Bienvenue par ici toi. Et fight pour ta fiche.  
(moi je veux un cookie )
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Mer 20 Jan - 20:25

Bienvenue et bonne chance pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Mer 20 Jan - 21:55

Alice : Oui je me suis dit que c'était une bonne idée ! (Les bonnes idées sont rares chez moi alors j'en profite x) ) Merci en tous les cas /lui donne un cookie/

Juniper : Merci beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Mary Ann Cromwell
HUMAIN
MESSAGES : 52
DATE D'ARRIVÉE : 05/01/2016
PSEUDO : Kosh
AVATAR : Eva Green
CRÉDITS : fassylover

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Jeu 21 Jan - 15:23

Bienvenue, enfant de la lune...you know nothing, Jacob Twain



   
code par Elle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Jeu 21 Jan - 15:45

Haha j'attendais que quelqu'un me la sorte celle là x) !

Merci beaucoup et Eva Green ! J'adore !
Revenir en haut Aller en bas

The Road
ADMINISTRATRICE
MESSAGES : 296
DATE D'ARRIVÉE : 07/11/2015
PSEUDO : the road.
CRÉDITS : betsy. (bazzart)

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Dim 24 Jan - 12:48


Bienvenue en enfer
félicitations, tu es validé(e)

AHOUUUUUU. miguel J'étais déjà fan de l'avatar et du prénom, mais en lisant ta fiche, je suis tombée amoureuse. J'aime ce personnage et son caractère, sa triste histoire vis-à-vis de ses parents. Le passage sur sa transformation était super, j'ai beaucoup aimé. C'est avec plaisir que je te valide, bienvenue ici.

Tes pas résonnent sur les vieux pavés de Crimson Peak. On entend marmonner le vent, on entend hurler de tristes rumeurs sur un nouvel habitant. Te voilà désormais en ville, destiné(e) à errer parmi les ténèbres de cette terre vaine.
✝️ Pense d'abord à remplir entièrement ton profil et à regarder le bottin des avatars, le bottin des fictions et le bottin des métiers afin de vérifier qu'aucun oubli n'a été fait.
✝️ Tu peux, par la suite, aller créer un scénario dans la section appropriée, mais aussi faire ta fiche de liens pour t'intégrer au forum.
✝️ Il ne faut pas oublier de passer par la section des points si tu as envie d'accumuler pour gagner des privilèges.
✝️ Si tu veux jouer rapidement, tu peux te rendre dans la section réservée aux RPs, elle se trouve ici. N'oublies pas également que ton activité sur le forum te fait gagner des points ; ce qui te permet d'acheter des récompenses. Tu trouveras plus d'informations dans la partie dédiée à la gestion du joueur. C'est là-bas, également, que tu pourras communiquer avec les membres du staff pour des demandes diverses.
✝️ Enfin, tu peux venir t'amuser dans le flood avec les autres membres. N'hésites pas aussi à soutenir le forum en votant régulièrement sur le top site et en postant sur Bazzart et PRD.

Fais attention à toi, les ombres de la ville te surveillent amèrement. Bon courage et bon jeu. On espère que tu te plairas parmi nous et que tu passeras un bon moment à Crimson Peak.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Dim 24 Jan - 13:01

Merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Dorian Gray
PERSONNAGE FICTIF
MESSAGES : 204
DATE D'ARRIVÉE : 13/12/2015
PSEUDO : Eden Memories
AVATAR : Alain Delon
CRÉDITS : Eden Memories - Tumblr

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée] Mar 26 Jan - 8:43

Bienvenue par ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée]

Revenir en haut Aller en bas

Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jacob Twain - "When the wild wind blows" [Terminée]
» Anti-air frigates (Jacob van Heemskerck class)
» palettes wet n wild cosmetics
» Sous l'ombre des pommiers - Yves Jacob
» Quels sont ces produits MAC que vous avez terminé?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRIMSON PEAK :: INTO THE RING :: UN MONDE INDÉCENT :: LES ÂMES ENFUIES-