BIENVENUE SUR CRIMSON PEAK.

N'hésitez pas à aller voter sur les top-sites et à remonter la pub Bazzart.

La première intrigue est mise en place. Pour plus d'informations, rendez-vous dans ce sujet.

L'event est lancé ! Pour vous inscrire c'est par et pour mener l'enquête c'est par ici.

Partagez|

Even the darkest nigth'll end ... rigth ? {Ft•Eugene}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Lysander Rosenbach
MÉDIUM
MESSAGES : 126
DATE D'ARRIVÉE : 01/01/2016
PSEUDO : MillinerXIII
AVATAR : Sam Riley
CRÉDITS : MXIII, Pathos & Tumblr

MessageSujet: Even the darkest nigth'll end ... rigth ? {Ft•Eugene} Lun 21 Mar - 20:59


Even the darkest nigth'll end ... rigth ?
ft.Eugene Obson

La journée c'était écoulé lentement, de façon ennuyante, ne supportant plus de rester cloitrer dans cette antre à fantôme qui lui sert de maison, Lysander choisit de partir marcher dans la ville. Ignorant sa destination, flânant au grés des rues et de ses envies. L'air été frais, il regretta un instant de ne pas s'être couvert d'avantage. Sa béquille résonne dans les rues, les habitants des quartiers qu'il fréquente savent reconnaitre cette mélodie mécanique et attristé, si bien que bon nombre d'entre eux ont renommé le jeune médium "L'homme de fer" en référence à cet ustensile qui ne le quitte jamais. Comme à son habitude, il force, il n'écoute pas son corps qui lui demande de s'arrêter et de souffler, avoir 35 ans et être bloqué dans un corps qui croit en avoir 90 ... Ce n'est pas toujours facile pour le morale. La nuit finit par déposé son voile scintillant que la ville, rendant les rues de la ville basse d'avantage menaçantes. Mais il connait cette ville, il connait les coin à éviter pour être à peut prés tranquille, que se soit par les vivants ou les morts, bien qu'ils soient plus compliqué d'éviter ces derniers. Au froid s'ajoute une légère pluie qu'il trouve malgré le froids assez agréable, comme si il parvenait à nettoyer quelques peu ce mal qui sévit dans ses veines.

Après un long moment il se décide enfin à s'assoir au sommet de marches en pierre et humide, la petite averse c'était finalement calmée et laissait place à un ciel parsemé de nuage grisâtre et de bout de ciel étoilée. La rue était étroite et cet escalier avait surement déjà un bon panel de gueule cassé sur ses marches à en voir leurs formes biscornues ... Lysander laisse son corps se reposer, et son souffle revenir à la normal, sa béquille posait contre le mur, il sort son carnet de croquis et en feuillette le contenue, des portraits, de ses fantômes, des ses proches, bon nombres représente Iris sa tendre jumelle, des croquis des monstres de foire du Freakshow, la plus part ne sont pas finit, il dessine bien trop lentement lors des spectacles, c'est pourquoi il tente de les poursuivre à chaque nouvelle soirée de crique, et il y a à aussi des portraits imaginé celons les dires de ses fantômes, de personne proches d'eux, de leurs animaux, leurs lieux de vie ... et leurs meurtrier parfois ... Il s'attarde sur un portrait en particulier, un des fantômes hantant sa maison est une jeune femme épleurée, attiré par la concentration d'esprit du lieu. Isabella, une italienne qui avait immigré avec son amant anglais, seulement ce dernier la laissât pour une autre dans ce pays dont elle ignorait tout. Mais ce n'était pas de cet amant qu'il à fait le portait ... dont elle lui parle sans arrêt ... non, elle lui parlait de son meurtrier, de cet homme au regard noir et envoutant, au visage plein d'histoire malgré sa jeunesse. Vu la description de son meurtre l'homme semblait être un immortel, un vampire, il ne savait d'eux que ce qu'il en avait lu, et avait toujours préféré les éviter sachant bien qu'il ne faisait pas le poids. Mais ils étaient reconnaissable, par cette aura mortuaire et sanglante qui les colles tel un liquide gluant dont on ne peux se défaire. . .

Il décide d'abandonner toute ses sombres pensées et se met à dessiner, il dessine son interprétation de certaine légende dont il à discuter avec Mary, entremêle son avis avec les descriptions des livres et des dires. Ses pensées filent plus vite que ses coups de crayons ... Ce qui le frustre grandement comme à chaque fois ... Il se concentre tellement qu'il en oublis le monde autours de lui, le vent froids qui lui mord la gorge et les doigts, les lumières des chaumières qui se tarissent peu à peu, le temps qui passe et surtout ... de surveiller ses arrières.


Il a besoin d'une main sur sa peau
Je suis là parce qu'il faut bien être quelque part. Je regarde, je m'imprègne, je me remplis de bruit et de fumée, j'emplis ce vide en moi que rien ne comble ni ne soulage, invisible à même la peau, profond sous la chair indemne. ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Even the darkest nigth'll end ... rigth ? {Ft•Eugene}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Alvimare
» Giverny: «L’Impressionnisme au fil de la Seine» (27).
» Nouveau maillot du Stade Rennais - L'épopée Breizh
» Tres dure (pour Pros )
» Cette vidéo démontre la haine islamiste envers les chrétiens !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRIMSON PEAK :: CRIMSON PEAK :: LE VIN DE L'ASSASSIN-