BIENVENUE SUR CRIMSON PEAK.

N'hésitez pas à aller voter sur les top-sites et à remonter la pub Bazzart.

La première intrigue est mise en place. Pour plus d'informations, rendez-vous dans ce sujet.

L'event est lancé ! Pour vous inscrire c'est par et pour mener l'enquête c'est par ici.

Partagez|

(LAURA) + Who do we call at the edge of night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Laura Hartford
ÂME VAGABONDE
MESSAGES : 7
DATE D'ARRIVÉE : 15/04/2016
PSEUDO : Aly/Spiderfox
AVATAR : .
CRÉDITS : Fassylover & Tumblr

MessageSujet: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Ven 15 Avr - 1:14


Laura Hartford
The torturous stars are taking every breath i wish i held

Nom
Hartford. L'exotisme anglais demeurant et grandissant dans les contrées autrichiennes, patronyme d'une petite famille de noblesse qui a su malheureusement faire parler d'elle. Autrefois associé à la bourgeoisie, il ne s'échappe désormais des bouches qu'accompagné de murmures désolées et plaintives.
Prénom(s)
Laura, prénom de sa défunte mère qui donna sa vie pour la sienne le jour où elle vint au monde. Sur les terres Styriennes, on raconte qu'elle en a hérité la douce beauté et les délicats traits comme si elle en était son parfait reflet sorti d'un miroir.  
Âge
Elle ouvrit les paupières pour la première fois il y a de cela vingt-deux années et pourtant il lui semble que sa véritable naissance ne date à pas moins de trois ans. Comme si jusqu'à ce moment-ci, elle s'était contenté de vivre sans exister. D'errer mollement sans éveil, attendant désespérément qu'on l'entraine dans les affres de la vie .
Profession
Arrivée à Crimson Peak, elle rencontra des difficultés à trouver un emploi stable. On lui proposa le poste de Guichetière pour le cirque de monstre des faubourgs, et c'est un peu à contre-coeur qu'elle accepta. Cependant même si elle éprouve une peine immense pour les gens victimes des moqueries et des mauvais traitements de la société à cause de leur différence, sa curiosité et son envie de connaitre l'étrange la pousse à rester, comme retenue par l'envie de les connaitre et de sympathiser avec ces êtres en souffrance, pour peut-être les aider à aller mieux, et aller mieux elle-même.
Orientation sexuelle
Il est difficile de définir quelque chose que l'on ne connait pas. Elle ne s'était auparavant jamais posé la question, n'étant tout simplement pas intéressée par ce type de relations. Mais récemment ses émotions ont décidé de la prendre par surprise puis de la sortir du droit chemin et des conventions habituelles que l'on enseignait toujours sur l'amour. Mais y a-t-il réellement des règles à cela ?  
Situation maritale
Destinée dès son plus jeune âge à épouser le riche enfant du château voisin de Styrie, elle décida bien rapidement de mettre son grain de sel dans les plans de son père concernant sa vie. Plus tard, Laura refusa systématiquement toute présentation de gentlemen et depuis sa fuite jusqu'à aujourd'hui encore elle ne vit que pour elle-même.
Situation financière
La famille Hartford étant bien aisée et ne possédant pas moins de deux châteaux, Laura n'avait jamais eu à se soucier de l'argent ou de l'éducation. Cependant depuis sa venue à Crimson Peak et comme elle doit se débrouiller seule pour ne pas dilapider l'argent de son père qu'il lui reste, elle a quelques fois connu la précarité.
Race
Elle est tout ce qu'il y a de plus frêle et humaine. Du moins, si l'on fait abstraction de toutes ces étrangetés qui hantent ses nuits. Rêves prémonitoires, crises... Elle n'était jusqu'à il y a peu pas au courant de son troisième oeil. Trouvée et recueillie par une sorcière qu'elle aima comme sa mère, elle apprit à maitriser ses capacités et le devint  à son tour avant de rejoindre la ville d'argile pour enfin trouver les réponses d'un sombre passé.
Groupe
Hidden Crows
Clan
Elle a rejoint le mysteria mystica maxima il y a de cela un an, plus par la promesse à un être cher que pour leurs convictions. La sorcière gitane qui prit Laura sous son aile était une fidèle membre du clan et souhaita qu'elle la suive. Pour ne pas la décevoir, c'est ce qu'elle fit. Cependant, elle ne maitrise pas toujours sa magie et si oeuvrer pour la défense du bien l'aide à se sentir plus à l'aise avec elle-même et serviable pour la bonne chose, elle n'est pas totalement convaincue par leurs idéaux de chasser le mal. Que se passera-t-il si elle se retrouvait nez-à-nez avec un vampire ? Devrait-elle le tuer pour respecter ses voeux ?
Avatar
Jessica de Gouw

Caractère
Ingénue. Même si elle ne se considère plus comme tel, Laura est une jeune femme nourie d'innocence et de naïveté. Pas dans le sens crédule à tout non (d'ailleurs elle est désormais très vigilante) mais elle à toujours eu tendance à réduire l'importance des choses ou a toujours voir le bon en tout. Délicate. C'est cette bienveillance qui la rend fragile aux yeux du monde qui l'entoure. Elle est délicate, sensible et douce, fait attention aux autres et s'applique dans tout ce qu'elle fait. Élevée pour représenter ces qualités, elle n'y a pas échappée. Impatiente Mais dans les qualités du modèle de la femme parfaite, c'est ici que l'on s'arrête. Malgré l'acharnement de son père, la jeune femme s'avère être quelqu'un d'extrêmement compliqué et avec un caractère bien à elle, à commencer par son impatience. Elle peut faire preuve de calme et de réserve, mais si quelque chose prend trop longtemps à son gout elle a tendance à tout vouloir faire plus vite et à se presser. Notamment lorsqu'elle veut des réponses. Curieuse. Elle met son nez partout. C'est son plus gros défaut, mais elle ne peut s'en empécher. La perception d'un mystère entraine chez elle une irrésistible envie de creuser les secrets des autres, de tout connaitre sur tout, elle s'émerveille au monde même si son impulsivité lui apporte souvent des problèmes. maladroite Malheureusement, ses choix ne sont pas toujours les meilleurs même si ils lui semblent être initialement une bonne idée. Elle commet malgré elle beaucoup d'erreurs de parcours, même si elle s'est endurcie et fait bien attention à ne plus en commettre au fil des années. Déterminée. Elle l'a toujours été, mais depuis sa fuite ce trait s'est amplifié. Elle a réussi à prendre l'indépendance qu'elle touchait toujours du bout des doigts sans pouvoir la gouter. Elle a franchi les murs de pierres de son château pour partir à l'aventure et atteindre son but. Elle sait ce qu'elle veut, et fait tout pour l'avoir. Intelligente. Malgré ses airs de jeunette innocente, elle n'est pas stupide pour autant. Elle a reçu une éducation très variée et possède une grande culture qu'elle aime élargir avec les choses qu'elle apprend d'elle-même au cours de ses voyages. Audacieuse. L'audace, elle n'en manque pas. Elle est peut-être même un peu trop téméraire pour être raisonnable et n'hésitera pas à dire haut et fort ce qui la dérange, ou à s'enfoncer dans la boue pour aider quelqu'un. Rêveuse. Les livres et les récits ont forgé son enfance et son adolescence de fille unique. Les preceptes et les nonnes qui l'ont élevée n'auront pû combler cette soif d'aventure et d'apprentissage. Elle rêve de liberté, de passion et d'une vie fascinante sans ennui. Fragile. Bien qu'elle soit forte et courageuse, cette enveloppe frêle cache un coeur fragile et facilement accessible. Les évènements inattendus survenus dans sa vie lui ont fait l'effet d'une massue brisant la glace, et depuis qu'elle a réalisé que le monde n'était pas celui qu'elle imaginait, elle est sans cesse à se poser des questions sur elle-même et une émotion forte peut facilement la fragiliser. Meurtrie. Ne pas savoir qui elle est, avoir tout perdu. La tête de la demoiselle est un véritable chaos ou chaque chose se percute constamment. Les ténèbres qui tournent autour d'elle menacent chaque jours un peu plus d'entrer, se servant de sa culpabilité et son manque de confiance en elle pour l'atteindre.

Questionnaire
Quelle est votre opinion sur les créatures surnaturelles ? Mythes ou réalité ?
Elles sont loin d'être des mythes, elles sont aussi réelles que vous et moi. Elles peuvent être perchées au-dessus de votre épaule, ou vous observer dormir depuis le tréfonds des bois. L'ingénue eut une expérience particulière avec l'une d'entre-elles qui la marquera probablement pour le restant de ses jours. Toute sa vie on lui avait conté que ce n'était que de simples dires de villageois effrayés par la lune, mais elle vit la vérité de ses propres yeux et se retrouva prisonnière au jeu du chat et de la souris jusqu'à en subir de drastiques conséquences. Cependant alors que n'importe qui d'autre aurait tiré un trait sur ces lignes tragiques cela n'a au contraire fait qu'accroitre d'avantage sa soif de réponses. Les créatures, elle ne les connait pas toutes elle en est certaine. Mais aussi effrayantes que fascinantes, une envie irrésistible la pousse à vouloir tout connaître à leur sujet même si son instinct voudrait qu'elle s'en éloigne. On raconte des tas de choses sur ces âmes de la nuit mais sont-elles toutes vraies ? Non, elle n'en est pas convaincu. Laura fait parti de ceux qui arrivent toujours a trouver du bon en chacun, même si elle se retrouvait en face du diable en personne, même si cela ne représenterait qu'une fine raclure de lumière au fond de son cœur noirci d'ombre. Mais elle refuse de croire que toutes sont affiliées au mal pour la simple et bonne raison que cela voudrait dire qu'elle le serait aussi. Elle-même a encore du mal à s'avouer sa nature. Quel étrange coup du sort tout de même, d'avoir découvert après tant d'années qu'elle faisait finalement elle aussi parti de ces êtres spéciaux. Sentiment à la fois plaisant et répugnant, voilà qu'il lui faut maintenant ré-apprendre à se connaitre.  Peut-être que certaines ont simplement besoin d'aide pour sortir de leur tourmente ? Si elle en était venue à cette conclusion bien plus tôt, les choses se seraient surement passées différemment.

Êtes-vous croyant ? Superstitieux ? Croyez-vous à une vie après la mort ?
La mort, Laura l'a vue se dresser devant elle. Elle l'a vu l'attirer dans ses bras en lui chantant de doux murmures, des promesses alléchantes qui fascinent autant qu'elles effraient. Elle a vu la mort reprendre vie puis tenter de l'emporter avec elle. Toute une longue et stricte éducation religieuse remise en cause. Autrefois les couvents étaient pour elle synonyme de paix et de réconfort, ils sont aujourd'hui l'incarnation du doute et de la tourmente. Si son coeur se voit encore attiré par la foi il n'en est rien de son esprit incrédule. Elle ne comprend  pas les dons qu'elle possède ni si leur but est de servir le plan du puissant ou bien attiser le mal. Autrefois proche de Dieu elle tient désormais fébrilement main aux ténèbres qui enserrent son coeur telles des ronces tranchantes encore retenues par un faible éclat de lumière, une irrésistible envie de combattre la tourmente par le savoir et le pardon.

Quelle est votre opinion sur la société actuelle ? Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez voir changer ?
Il est difficile de juger la société lorsqu'on en est soi-même qu'un simple pantin de bois. L'éducation féminine et en particulier celle de la jeune Hartford ne se résume pas à grand chose. Son père l'éleva entre les quatre mur de son château et passa même le relais à un couvent l'espace de quelques années. Il voulait en faire une femme éduquée et forte, mais sa protectivité s'imposa comme barrière entre elle et la réelle dureté de la vie. Comme toute femme de son rang, on lui inculqua le respect d'autrui, la mode et les convenances sociales dignes. On lui appris comment être une bonne épouse et servante de dieu, mais aussi le latin et la géographie. Mais ce qu'on oublia de lui soumettre, c'était que sur les pavés et entre les bâtiments de marbre vivaient des personnes avec beaucoup moins de chance. Habituée à la bourgeoisie et le confort d'Autriche, elle tomba pour ainsi dire de haut en se confrontant à l'insalubre vie urbaine d'Angleterre. Pas que chez elle était différent, mais n'étant jamais allée seule en ville elle n'aurait pu en juger plus tôt. Si elle est l'incarnation parfaite de l'innocence, elle n'en est point idiote et voit parfaitement le vice arpenter les rues en tourmentant les pauvres autres pantins qui comme elle, ne cherchent qu'à rompre leurs ficelles. Si une chose devait changer outre la disparité sociale ce serait très certainement l'importance que l'on donne aux femmes qui sont surement les marionnettes qu'on prend le plus de plaisir à faire souffrir.

Pseudonyme
Spiderfox (Aly de la partie invité)
Prénom
Eléa
Age
19 ans
Présence
5/7j
Découverte du forum
Par Carmilla    
Avis sur le forum
KESKILÉBO  
Crédits
Shiya (avatars)
Mot de la fin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Laura Hartford
ÂME VAGABONDE
MESSAGES : 7
DATE D'ARRIVÉE : 15/04/2016
PSEUDO : Aly/Spiderfox
AVATAR : .
CRÉDITS : Fassylover & Tumblr

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Ven 15 Avr - 1:20


L'APPEL DU SANG
"Your mother warns you to beware of the assassin"



"Très cher père,

Je m'excuse par avance du mal que cette lettre pourra te causer. Ceci n'en est point le but. Aussi, je te demanderai de ne pas essayer de me retrouver. Je t'ai déjà causé trop de troubles et je ne peux me résoudre à en créer d'avantage.

Les derniers évenèments n'y sont pas pour rien tu dois t'en douter, mais ils ont simplement été le déclic de la chose que j'aurais du faire depuis bien longtemps. Partir.
Je sais que tu es convaincu d'avoir bien agi, que tu es convaincu de m'avoir sauvé des griffes de la nuit. Et je ne t'en voudrais pas pour cela. Mais ce qu'il te faut aussi comprendre, c'est qu'elle n'était pas une menace. Pas pour moi. Tu es vieux,  tu es le mieux placé pour comprendre que le passé ne fait pas ce que nous sommes et que nos actes manqués ne doivent pas nous porter sous le joug du jugement. La peur de l'inconnu t'as fait perdre la raison je le conçois, mais elle m'a aussi blessé bien plus que tu ne le crois.

Tu t'es laissé convaincre par Spielsdorf et le Baron, mais ils n'étaient que fous et aveuglés par la peur de la différence. Te souviens-tu de ces fameux rêves ? De cette femme que je voyais toutes les nuits ? C'était elle. Elle n'est pas venue à moi sans raison et j'en suis convaincue. Ce n'est pas faute de te l'avoir expliqué à maintes reprises et, si seulement tu avais accepté de m'écouter et de me croire plutôt que de vouloir à tout prix une protection dont je n'avais pas besoin, tu l'aurais vu toi aussi.

Carmilla n'était pas celle que tu croyais.

Mon très cher père, ce soir tu seras seul. Je ne peux pas vivre comme si rien ne s'était passé, je ne peux plus te regarder en pensant que tout est de ma faute. Dans le reflet de tes yeux quand tu me regardes, je vois le meurtre. Je vois un homme fatigué et dominé par la colère. Cette culpabilité qui devrait te ronger à décidé de se poser sur moi et le poids en est bien trop lourd à porter sur mes épaules. Je pars. Je ne sais où, je ne sais combien de temps. Mais j'espère que tu le comprendras. Je ne suis plus la même depuis le soir où elle a posé pour la première fois le pied sur nos marches et je ne suis plus la même non plus depuis le jour où sa vie lui a été prise. J'ai aujourd'hui besoin de réponses. Besoin de réponses que je ne trouverai pas ici, besoin de convalescence pour me faire à l'idée de vivre avec un tel fardeau. Si jusqu'à lors je m'étais toujours sentie morte, Carmilla fut celle qui m'a réveillée et désormais je me retrouve comme une carcasse vide et sordide hantée par le passé. Aucunes vacances ni aucun médecin ne pourraient y remédier.

Mon très cher père, sache que malgré tout, je t'aime. Mais j'ai besoin de voler de mes propres ailes et de comprendre. Comprendre pourquoi, comprendre comment et comprendre ce que je suis réellement. Chose que je ne pourrais jamais faire en te regardant chaque jour et en voyant la mort s'accrocher à ma poitrine. Alors adieu.



Avec tout mon amour,
Laura."


"Laura ?" hasarda son père sans obtenir aucune réponse. La pièce qu'il venait d'ouvrir était vide. Aucune vie, aucune trace si ce n'était la pauvre lettre déposée sur le bord du lit défait, rédigée d'une écriture soignée à la plume et au doux parfum de lilas. Une lettre d'adieu mêlée à des excuses maladroites. Quand il la lirait, elle serait déjà loin. Elle avait décidé de retourner dans son pays d'origine sans trop savoir pourquoi, sans doute dans le but d'obtenir des réponses sur sa vie et sur le monde surnaturel qui s'était présenté à elle comme une nuance incertaine. Elle n'y avait aucun contact actuel, aucune attache ou élément qui aurait pu influencer son choix si ce n'était le rattachement de son patronyme. Elle avait pris l'argent du coffre-fort et chevauché le premier cheval puis elle était partie sans plus de cérémonie, traçant par cet acte fou mais décidé le lourd trait final sur cette dernière année désastreuse tout en sachant pertinemment que le souvenir la hanterait pour toujours.



1873 - Tout commença par un simple rêve durant l'année de ses 6 ans. Par des visions qui s'accrochaient à son esprit au beau milieu du soir pour ne la lâcher qu'à l'émergence de l'aube. Ce superbe chat noir qui la poursuivait en songe, ce fauve à la robe ébène qu'elle imaginait l'observer dans son sommeil. Ce rêve à répétition, ces apparitions... Tel était le quotidien nocturne de la petite Laura Hartford. Elle est née en Autriche, dans un immense château pittoresque et isolé au milieu d'une forêt en Styrie. Son père, ancien soldat de l'empire Autrichien l'avait fait construire et y avait élu domicile pour pouvoir y couler d'heureux jours en compagnie de sa famille, en observant les merveilleux paysages verdoyants. Sa mère se fit emportée par la mort en lui donnant naissance, et bien que l'ont lui ai conté maintes et maintes fois sa beauté et sa gentillesse elle n'en garde aucune mémoire ni manque. Très protecteur envers son petit trésor, le vieux Hartford s'assura à ce que son enfant ne manque jamais de rien. Aussi, elle bénéficia des meilleurs instructeurs de la région et fut éduquée afin de devenir une noble dame, tout comme le fut sa mère, pour perpétrer l'honneur de la famille. On lui apprit la géographie, les politiques et les langues. L'équitation aussi, et les bonnes manières pour devenir une bonne épouse, malgré le fait que la jeune enfant soit extrêmement caractérielle. Elle évolua, aimée et curieuse de tout, à travers les richesses et le monde noble auquel son père appartenait. Son patronyme était connu de chacun dans la région, en l'honneur des services de son père pour le pays. Laura n'avait jamais manqué de rien mais ses rêves subsistaient. Presque chaque soir, elle faisait divers rêves. Des cauchemars, des sensations désagréables ou des cris de souffrances. On fit venir des spécialistes mais son père refusa ceux qui tiraient la folie comme conclusion. Non, sa fille n'était pas folle mais avait besoin d'aide. Vers ses onze ans, elle fut envoyée dans un couvent jusqu'au jour de ses seize ans pour parfaire son éducation religieuse et dans l'espoir qu'elle aille mieux. Elle avait apprécié son séjour auprès des femmes de dieu, mais manquait de son décor familial. Lorsqu'elle revint enfin chez elle et crû être heureuse, elle comprit bien vite que la vie qu'on lui promettait de lui convenait guère. Laura était une fille qui s'ennuyait. Toute sa vie avait été façonnée par d'autres, dans le but de la rendre pareille à l'image de leurs pensées. Elle s'était toujours contentée de vivre avec insouciance, vivre sans vraiment exister, en attendant que les jours se passent et qu'un évènement déclencheur arrive pour l'embarquer dans les aventures de ses romans.

L'affluence des bals, la frénésie des réceptions et des banquets endiablés qui se donnaient l'émerveillaient. Malgré elle, elle avait évolué dans ce monde d'artifices et d'apparat, où les hommes se démenaient à séduire les demoiselles qui elles, ne rêvaient que d'être les plus belles de la fête. L'amour que lui donnait son père était plus grand chaque jour et aussi, il lui présenta un bon nombre de prétendants pour la marier sans qu'elle n'accepte jamais. Les relations amoureuses ne l'interessaient guère, bien qu'elle se savait contrainte de s'y confronter un beau jour. Si elle avait reçu une éducation dont elle n'avait pas à se plaindre, il lui avait toujours manqué deux choses. Le libre-arbitre, et la compagnie. Elle avait passé sa vie seule, enfermée entre les murs de son château isolé ou ceux du couvent et n'avait jamais réellement pu avoir d'autre compagnie que, très rarement, les échanges cordiaux avec Bertha Rheinfeld, la nièce du général Spielsdorf. Celle-ci bien que gentille, était peu intéressante et plutôt fade et Laura souffrait toujours grandement de la solitude. La sur protection de son père l'avait empêchée de grandir comme et avec les enfants de son âge et elle ne connaissait finalement pas vraiment grand chose à la vie extérieur. A cause de ses étranges cauchemars, elle s'était toujours sentie différente. Peut-être même folle. Avoir la sensation qu'une ombre vous surveille durant votre sommeil, n'est-ce pas étrange ? Pourquoi même ses rêves affectaient-ils autant sa santé ? Personne n'avait jamais su lui répondre rationnellement à ce sujet.


1886 - La première fois qu'elle la vit, c'était ce soir là. Il y a de cela trois ans. Un soir nuageux en plein coeur de l'automne, lorsqu'elle était comme bien souvent penchée à sa fenêtre du haut de sa demeure à observer l'ascension fascinante de la lune.  Un accident de diligence devant le domaine Hartford en alerta le père et la fille qui vinrent secourir les passagers. Avec le cocher, seulement deux femmes à la beauté glaciale qui se présentèrent comme une mère et sa fille blessée. Et ce fut le choc. Elle reconnu immédiatement celle qui avait hanté ses rêves pour la première fois il y a quelques années.  Âgée de 19 ans, tout comme Laura, celle qui se prénommait Carmilla était d'une beauté époustouflante. Le vieux Hartford se proposa de les héberger le temps qu'elles se rétablissent, mais seule la jeune femme à la chevelure de jais accepta l'offre, sa mère prétextant avoir d'importantes affaires à régler. Laura, qui se sentait bien seule chez elle fut ravie d'avoir de la compagnie et accueilli la venue de l'invité comme une véritable bénédiction. Très vite, un lien très fort se noua entre les deux demoiselles. Un lien qu'aucune d'elles deux ne pouvait expliquer par des mots. Mais Carmilla s'avéra être une personne extrêmement mystérieuse et la curiosité de sa comparse poussait celle-ci à lui poser toute une multitude de questions auquel elle restait très évasive voir ne répondait jamais. Le mystère enrobant la rescapée attirait énormément Laura qui l'observait avec attention. Elle sortait souvent la nuit et dormait une grande partie de la journée, et entretenait de temps à autre des comportements étranges. Comme cette fois où elle l'avait accompagnée à l'église et qu'elle avait juré lors d'un chant religieux, ou le fameux jour où une cohorte de tableaux restaurés arriva au Château Hartford et que l'une des figures de l'un d'entre-eux ressemblait trait pour trait à Carmilla. Il s'agissait du portrait de la Comtesse Mircalla de Karnstein, une ancienne figure très importante de Styrie dont le manoir tomba en ruine suite au décès entier de la famille.

Le temps passait, et le séjour de son amie s'élargissait. Sa mère n'était toujours pas revenue et Laura en remercia le ciel, appréhendant vraiment d'être seule de nouveau. La compagnie agréable de Carmilla avait en quelque sorte soigné ses pensées. Elle ne faisait plus de cauchemards, de rêves troublants et ne souffrait plus. Et au fur et à mesure, le lien étroit qu'elles partageaient se ressera d'avantage. Dans un premier abord surprise par la déclaration de son amie à son égard, elle répondit à ses avances par un doux baiser. Bien qu'inquiète de la suite, l'aipaisement semblait désormais total. Enfin, c'était surement parler trop vite. Inexplicablement, la santé de Laura rechuta de nouveau et chacune de ses nuits était plus horrible que la précédente. C'était sans compter sur Carmilla qui adopta d'étranges comportement nocturnes, et aux jeunes filles des environs qui mourraient une à une. Des cauchemars, des cris, des douleurs. Elle rêvait sans cesse du sang parsemer ses draps desquels fuyait un chat noir, elle voyait la mort séduisante lui tendre la main d'un peu plus près à chaque fois. Lorsqu'elle se reveillait, elle trouvait parfois des marques sur son corps, inquiétant toujours un peu plus son père qui fit venir de nombreux médecins. Et un jour, elle revit le chat prendre l'apparence de Carmilla, ensanglantée dans une robe de soie. Et dans sa tête tout s'assembla. A son réveil, elle obligea la vampire à lever le voile sur tous ses mystères et elle apprit enfin toute la vérité. Elle écouta l'histoire de la comtesse jusqu'au bout et, bien décidée à ne pas la répudier elle proposa d'elle-même son sang pour éviter qu'elle ne tue d'avantage de personnes.

Laura mourait à petit feu. Le nier serait totalement de mauvaise foi, mais c'était une vérité dure à entendre. Son père s'en rendait malade mais elle avait l'inébranlable conviction de faire la bonne chose. A la fois par son geste et en gardant son secret, elle entretenait malgré elles un amour ardent qui brulait autant qu'il apaisait. De l'inconscience surement, ou tout simplement une envie d'aider, Laura aurait très bien pu continuer des lustres comme cela. C'était sans compter sur le Général Spielsdorf très vieille et proche connaissance des Hartford, qui refit surface lors d'un repas en accusant Carmilla d'avoir assassiné sa niece Bertha, morte tout juste quelques jours précédant l'accident de diligence. Un sentiment d'effroi s'empara de Laura lorsqu'elle le vit brandir une hache au-dessus de la tête de son amie mais, fort heureusement, celle-ci réussi à s'échapper. Là, tout s'enchaina très vite. Spielsdorf, qui avait découvert la nature immortelle de la comtesse révéla la vérité à son père qui, prit d'une rage immense décida de venger sa fille. Ils firent appel à un baron voisin pour les aider et, le lendemain partirent à la crypte des Karnstein. Laura qui n'avait pas voulu rester chez elle, hurla durant tout le voyage, les priant d'arrêter. Malheureusement, ce fut comme parler à des sourds. Et tandis que le Général la retenait par les bras, le baron et son père ouvrirent le tombeau où dormait la beauté sombre. Laura hurlait, pleurait et se débattait, mais sa fébrilité et son teint livide l'emportèrent sur la colère. Dans un dernier hurlement encore plus déchirant que ceux de ses nuits mouvementés, sa vue perdit pieds et elle perdit connaissance, avec pour dernière image le pieu de bois levé droit au-dessus de la poitrine de la vampire endormie.  


1887 - Regardant une dernière fois le château loin derrière elle, elle inspira un grand coup avant de donner un coup de talons au cheval qui partit au galop. La déchirure dans son coeur était indescriptible. Elle se sentit comme si une partie de son âme lui avait été arrachée. Carmilla était peut-être une menace, mais elle ne l'avait jamais paru pour elle. Suite au massacre, elle s'était réveillée dans son lit et on lui avait expliqué que la vampire était désormais hors d'état de nuire. Elle avait bien essayé de retourner au tombeau des Karnstein, mais n'y trouva qu'une marre de sang et des souvenirs douloureux et coupables.   L'homme qu'elle avait vu à l'oeuvre ne ressemblait en aucun point au père qu'elle a jadis connu et qui l'a élevée. Un bourreau, un sanguinaire et barbare motivé par les mots embrumés d'un pauvre fou. Et si il avait fait cela pour la protéger, alors c'était elle la fautive. Elle était responsable de la mort de la vampire, par le biais de son père. Elle avait crû pouvoir la protéger en l'obligeant à se nourrir sur elle, mais cela n'avait fait qu'envenimer les choses. Il ne fallut qu'un mois ou deux avant que Laura ne fasse ses valises. Sa santé physique s'était refaite certes, mais ce n'était pas le cas de sa tête. Ses cauchemars avaient repris. Elle était hanté par le passé, hanté par les souvenirs et le vide que lui laissait la vampire disparue. Elle avait déposé une lettre à l'attention de son père sur son lit, lui faisant ses adieux définitivement. Elle avait besoin de partir, besoin d'oublier ou du moins apprendre à ne plus penser à tout cela, et apprendre le pourquoi du comment. Elle ne savait pas précisément où elle allait demeurer mais comptait mettre les voiles vers l'Angleterre, son pays d'origine, espérant trouver quelqu'un qui puisse lui venir en aide et mettre fin à son calvaire. Plus le temps passait et plus elle avait l'impression de sentir son coeur noircir d'ombres, des ombres qui buvaient peu à peu son innocence.

Le voyage jusqu'en Angleterre fut long et compliqué, mais elle parvint à s'y rendre tout de même à l'aide de trains et de bateaux, payant assez généreusement ses transporteurs pour qu'ils ne vendent pas l'information de sa destination à son père. L’essor industriel ne lui aurait jamais été aussi avantageux. Elle traversa une grande partie de l'Autriche en a peine trois semaines puis fit une halte d'un mois et demi en Allemagne pour trouver un moyen sûr et discret de rejoindre la France. Or, le problème d'avoir été toute sa vie enveloppé dans une armure de soie était qu'elle ne connaissait rien au monde extérieur. Après l'arrivée de la vampire, cette aventure fut la plus fascinante et effrayante qu'il lui eut donné de vivre. Ses multiples séjours dans les auberges de ville ou dans la rue, munie de ses deux pauvres valises pleines de vêtements, furent la confrontation de milieux sociaux distincts. Les débuts furent certes difficiles mais elle n'était en rien plaintive, et s'habitua. Elle passa outre la saleté, outre la pauvreté et les gruaux. Elle devait garder un maximum d'argent pour sa destination et ne voulait pas se permettre des dépenses trop hâtives. C'est d'ailleurs dans ce courant-ci qu'elle rencontra un groupe de gitans qu'elle demanda à rejoindre le temps de quelques nuits pour faire un bout de route avec eux. Si ils lui rirent au nez premièrement, ils la gardèrent tout de même. L'ambiance les premiers jours fut tellement désagréable qu'elle pensait à repartir le plus vite possible. Mais ses rêves recommencèrent. Des nuits agitées, dans le gouffre de la plèbe, des nuits transpirantes à se demander si ces rêves douloureux étaient de simples visions du passé ou encore une fois des prémonitions détachées.


1888 - Elle s'appelait Ferula Grim, et elle fut la première à la prendre sous son aile. Les rêves à répétitions de Laura et ses nuits criardes donnèrent à beaucoup l'envie de l'abandonner, mais une personne au contraire lui vint en aide pour la première fois. Elle était la matriarche du groupe d'artistes nomades, et c'était une Sorcière. Elle lui disait qu'elle connaissait bien ce milieu, et qu'elle était persuadée que la demoiselle en fuite possédait le troisième oeil et que cela expliquait ses états. Dès lors, Laura ne fut plus vue comme une intrue aux yeux des voyageurs et s'intégra peu à peu à leurs coutumes, participant à la vie commune de ces gens tout en apprenant chaque jours un peu plus sur elle-même. Elle avait enfin trouvé une explication à tous ses maux, une part d'ombre venait de s'envoler d'elle. Elle savait enfin qui elle était. Elle était une sorcière. Ferula s'averra être une très bonne enseignante et, rapidement, Laura pû s'essayer à l'art occulte. La cartomancie, la connaissance des plantes, les sortilèges et les incantations. Elle apprit également à donner sens à certains de ses rêves et même si elle ne sait toujours pas contrôler leur apparition ou leur intensité, se sentait plus préparée à leur arrivée. Sa fragilité cependant ne cessait de la mettre à l'épreuve. Les images de Carmilla la hantait, des rêves et des pensées noires envahissaient sa tête et, bon nombre de fois sa mentor dû lui venir en aide pour l'aider à se  relever. Crimson Peak. C'était la destination dans la ligne de mire du groupe. Apparemment, il s'agissait d'une ville avec un lien étroit dans le monde du surnaturel et de l'étrange, où ils se sentaient tous bien plus en sécurité qu'ailleurs. Ferula ne s’avéra pas être la seule sorcière du voyage, et toutes s'étaient entendues pour leur point final, afin de rejoindre leur clan. Ils prirent clandestinement un train, et marchaient un bon nombre de kilomètres par jour avant d’atterrir dans la France, qu'ils traversèrent afin d'atteindre les côtes. Ferula peignait désormais l'image d'une mère pour la jeune femme, qui bien que maladroite, avait appris à mieux controler ses dons. Quand ils arrivèrent dans la sombre ville, Laura découvrit une société encore différente que toutes celles rencontrées durant le voyage.


1889 - Cela devait faire moins d'un an qu'elle était arrivée, la petite. Son capuchon sombre sur la tête, aux côtés de sa mère gitane. Maintenant, la voilà qui habitait dans la Ville Basse. Si ce n'était pas un choix judicieux au premier abord, elle devait se terrer dans la pénombre pour se faire oublier. Elle avait suivi sa mentor qu'il l'avait hébergée les premières semaines, avant de se trouver elle-même un appartement plutôt aisé dans le quartier avec un peu de l'argent qui lui restait et, ayant du mal à se trouver un travail, se fit finalement embauchée en tant que guichetière d'un cirque de monstres. Si elle avait été sceptique au premier abord, la noble s'était finalement résolue à accepter, consciente que sa bourse ne se remplirait pas toute seule. Chaque jour donc, elle traverse la basse-ville jusqu'au faubourg et prend place, derrière la vitre légèrement tintée, pour distribuer des tickets aux gens qui venaient observer de pauvres hommes pour se moquer de leurs différences et difformité. Elle n'était pas vraiment à l'aise avec ceci et ne comprenait pas pourquoi de tels spectacles avaient le droit d'exister. C'était à la fois humiliant et dégradant. Jamais Laura n'y aurait mit un pied. Et pourtant, la voilà qui participait à ce commerce sournois et sale. Cependant, il y avait bien une raison à cela. Elle ne s'était toujours pas remise de la mort de Carmilla, et ne s'en remettrait sans doute jamais. La vampire avait, durant toute une année réussi à combler le vide immense qu'elle avait toujours inexplicablement ressenti depuis son enfance.  Et quand elle eut appris qu'elle pouvait communiquer avec les esprits grâce à sa magie, ce fut une déception supplémentaire qui s'affaissa sur elle après l'échec cuisant à trouver l'esprit de son amie, qu'elle cherche aujourd'hui parfois encore. Mais rien, aucune trace. Venir à Crimson Peak fut pour elle l'opportunité de tout savoir. Tout connaitre sur les créatures tels que les vampires, et de mieux s'adapter au monde auquel elle appartenait désormais. Ferula l'avait d'ailleurs convaincu de rejoindre le clan de sorcières duquel elle faisait parti, le Mysteria Mystica Maxima, dans lequel elle était à présent assez bien intégrée. Cependant, si elle l'avait rejoint c'était plus par peur de la solitude que par véritable conviction. Néanmoins grâce à ce groupe, sa soif de savoir du monde surnaturel se satisfaisait régulièrement et, en plus de cela, elle avait perçu le Freak Show comme un endroit idéal pour rencontrer tous ceux qui éveillaient crainte et curiosité. Mais supportera-t-elle ces mauvais traitements au long terme ? Car bien que le temps ait passé, Laura demeure toujours un être brisé et fragile, qui laisse la culpabilité la ronger jusqu'à l'os et, malencontreusement, les ténèbres de sa vie passée pourraient bien finir par la rattraper.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Eugene Obson
VAMPIRE
MESSAGES : 203
DATE D'ARRIVÉE : 06/02/2016
PSEUDO : BereniceWCL
AVATAR : Oscar Isaac
CRÉDITS : BereniceWCL (avatar & gifs) - Beylin (code signature)

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Ven 15 Avr - 7:21


Un nouveau venu


Et c'est qui qui n'a pas attendu le week-end HEIN ? Tu as bien fait ! Bienvenue officiellement avec cette belle demoiselle qu'il me tarde de connaître davantage. Je vote pour sorcière d'ailleurs miguel Ce serait cool de pouvoir se trouver un lien avec mon Evangeline On verra ça ! Si tu as besoin, ma boîte à MP est ouverte bien sûr Bonne rédaction !

Te voilà nouveau sur Crimson Peak. Tu t'avances doucement dans la neige, révélant l'argile rouge suintant de toutes parts sous tes pas. Pour te guider, quelques petits rappels afin que tu ne te perdes pas dans les méandres des catacombes.

Nous te rappelons que tu as dès à présent sept jours pour compléter ta fiche. N'oublie pas de demander un délai si tu t'aperçois que cela sera difficile de la terminer à temps. Si tu n'as pas envie de voir ton avatar t'être volé, il faut te rendre dans ce sujet où tu pourras réserver ton avatar pour une durée de quatre jours. Si tu n'es pas encore passé(e) lire le règlement, nous te recommandons de le faire en te rendant ici. Afin de te plonger pleinement dans l'univers du forum, tu peux lire les annexes dans ce sujet . Tu peux également te rendre par ici si tu as besoin d'aide pour la création de ton personnage.

Dans le cas où tu aurais besoin d'aide ou la moindre question, tu peux bien entendu envoyer un MP à une des administratrices : James, Lazarus, Sherlock & Evangeline.

Nous te souhaitons une rédaction sombrement inspirée




Passion
Passion rules us all and we obey. What other choice do we have ? Passion is the source of our finest moments. The joy of love, the clarity of hatred, and the ecstacy of grief.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Abraham Van Helsing
HUMAIN
MESSAGES : 199
DATE D'ARRIVÉE : 13/12/2015
PSEUDO : Dandan
AVATAR : Josh Hartnett
CRÉDITS : shiya

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Ven 15 Avr - 10:48

Je vote aussi pour sorcière, on a déjà quelques médiums et ça serait cool de voir cette race un peu plus souvent sur le fo. Bienvenue à toi, contente que tu aies craqué et avec un tel perso en plus. Bon courage pour ta fiche et à bientôt parmi nous.



far and beyond
You'll understand I find it difficult to accept, I'm the object of an eternal satanic quest that so far's only demonstrated in something that's half poetry half gibberish. I'm sorry, no.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Iris Rosenbach
HUMAIN
MESSAGES : 29
DATE D'ARRIVÉE : 05/04/2016
PSEUDO : Nymeria.
AVATAR : Katie McGrath
CRÉDITS : Fassylover

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Ven 15 Avr - 12:58

Bienvenue sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sybil Vane
POSSÉDÉE
MESSAGES : 123
DATE D'ARRIVÉE : 15/01/2016
PSEUDO : Balulalow
AVATAR : Winona Ryder.
CRÉDITS : Shiya

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Sam 16 Avr - 18:05

La jolie Laura.   J'ai hâte de voir ce que donneront les rps avec Carmi' (oui je me permets déjà  ) En plus, Jessica de Gouw en sorcière, je dis mille fois OUI !    
Bienvenue parmi nous et bon courage pour le reste de ta fiche !


In templum daemonum
All the broken and shunned creatures... Someone's got to care for them... Who shall it be if not us ? ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Laura Hartford
ÂME VAGABONDE
MESSAGES : 7
DATE D'ARRIVÉE : 15/04/2016
PSEUDO : Aly/Spiderfox
AVATAR : .
CRÉDITS : Fassylover & Tumblr

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Sam 16 Avr - 18:39

Eheh non c'était trop dur d'attendre le week-end

Mais wow quel accueil
Vous êtes des amours   Après réflexion et vos avis, ce sera donc une sorcière !    En espérant qu'elle détruise pas tout par maladresse Et du coup voui on pourra se faire des tas de liens hinhin, et encore merci pour toute l'aide  

Sybil > Merciii Je viendrais te réclamer un lien jolie madame si tu le veux bien


   
I dived and I swam with the ghosts
There's one sea between us now
That's just what kills me the most


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Sybil Vane
POSSÉDÉE
MESSAGES : 123
DATE D'ARRIVÉE : 15/01/2016
PSEUDO : Balulalow
AVATAR : Winona Ryder.
CRÉDITS : Shiya

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Dim 17 Avr - 11:16

Bien sûr que je veux bien !  ange En plus, ce que je lis de ta demoiselle est bien intéressant.
/va patienter en sirotant son thé au jasmin.


In templum daemonum
All the broken and shunned creatures... Someone's got to care for them... Who shall it be if not us ? ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Lysander Rosenbach
MÉDIUM
MESSAGES : 126
DATE D'ARRIVÉE : 01/01/2016
PSEUDO : MillinerXIII
AVATAR : Sam Riley
CRÉDITS : MXIII, Pathos & Tumblr

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Mer 20 Avr - 11:46

Bienvenue sur le forum jeune sorcière !


Il a besoin d'une main sur sa peau
Je suis là parce qu'il faut bien être quelque part. Je regarde, je m'imprègne, je me remplis de bruit et de fumée, j'emplis ce vide en moi que rien ne comble ni ne soulage, invisible à même la peau, profond sous la chair indemne. ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Laura Hartford
ÂME VAGABONDE
MESSAGES : 7
DATE D'ARRIVÉE : 15/04/2016
PSEUDO : Aly/Spiderfox
AVATAR : .
CRÉDITS : Fassylover & Tumblr

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Mer 20 Avr - 14:52

Héhé merci bien !

Serait-il possible d'avoir un délais s'il-vous-plait ? J'ai eu pas mal de contre-temps en ce moment, mais j'aimerais vraiment terminer ma fiche et je pense que d'ici la semaine prochaine ca sera bouclé ! Merci beaucoup d'avance


   
I dived and I swam with the ghosts
There's one sea between us now
That's just what kills me the most


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

James Anderson
FANTÔME
MESSAGES : 114
DATE D'ARRIVÉE : 24/01/2016
PSEUDO : fézégeste
AVATAR : Nikolaj Coster Waldau
CRÉDITS : Jarvis

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Sam 23 Avr - 12:51

Hey ! Je te souhaite -très en retard- la bienvenue parmi nous ! Heureuse de voir que tu as choisi CP avec ce personnage sublime ! En plus, quel choix d'avatar

Bref, pour le délai, c'est bien entendu accordé, par de souci en ce qui nous concerne. Je te donne une semaine à partir d'aujourd'hui, jusqu'au 30 avril donc. ♥️ ça te va ?

bonne continuation et bon courage !



Comme tu me plairais, ô nuit ! sans ces étoiles ; Dont la lumière parle un langage connu ! ; Car je cherche le vide, et le noir et le nu ! ; Mais les ténèbres sont elles-mêmes des toiles; Où vivent, jaillissant de mon oeil par milliers ; Des êtres disparus aux regards familiers. (OBSESSION || Baudelaire)
GHOST MYTHS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Laura Hartford
ÂME VAGABONDE
MESSAGES : 7
DATE D'ARRIVÉE : 15/04/2016
PSEUDO : Aly/Spiderfox
AVATAR : .
CRÉDITS : Fassylover & Tumblr

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Sam 30 Avr - 2:48

Oui c'est parfait merci beaucoup !
Je fini tout ça ce week-end aujourd'hui


   
I dived and I swam with the ghosts
There's one sea between us now
That's just what kills me the most


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Dorian Gray
PERSONNAGE FICTIF
MESSAGES : 204
DATE D'ARRIVÉE : 13/12/2015
PSEUDO : Eden Memories
AVATAR : Alain Delon
CRÉDITS : Eden Memories - Tumblr

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night Dim 8 Mai - 22:48

Bienvenue parmi nous !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (LAURA) + Who do we call at the edge of night

Revenir en haut Aller en bas

(LAURA) + Who do we call at the edge of night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les Call Signs de tous les bâtiments de la ZM-FN
» Blague sur un call center belge
» Catch : Fin de carrière pour Edge!!!!
» Crème métallique yeux Laura Mercier
» La Collection Moonlight de Noël de Laura Mercier !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRIMSON PEAK :: IT'S NOT FOR EVERYONE :: CES CORPS INFÂMES-